Les échanges culturels, facteur clé du développement

Marrakech – Les échanges culturels internationaux constituent un facteur clé du développement pour les villes africaines, ont souligné des intervenants à une séance sur la « Coopération entre les villes africaines ou les industries créatives et les capitales européennes de la culture ».

La coopération et les échanges transnationaux sont cruciaux à tous les niveaux du développement culturel d’une ville ou d’une collectivité locale. L’échange de savoir-faire permettra d’éviter de devoir réinventer la roue et d’unir les forces, ont indiqué les participants à cette rencontre organisée dans le cadre du 8-ème sommet Africités (20-24 Novembre).

Ces échanges peuvent, de même, contribuer à une vision plus large de l’identité et de la tolérance, à la volonté d’engagement et à la solidarité. Ainsi plusieurs secteurs et domaines peuvent être développés grâce à des partenariats internationaux, ont-ils fait observer.

La culture et les arts ont un rôle particulier à jouer dans les relations internationales, et dans un monde numérique et global qui connait des transformations importantes, ont-ils noté.

Intervenant à cette rencontre, la Maire de Tétouan, Mohamed Idamar a appelé à l’approfondissement et le renforcement de la coopération culturelle entre l’Europe et l’Afrique à travers la mise en place d’une coopération ville-ville Afrique Afrique et Afrique Europe, notant que davantage d’actions doivent être entreprises pour concrétiser cette coopération.

Dans ce sens, il a loué le lancement de l’initiative « Capitales Africaines de la culture »  qui va contribuer largement au développement des villes africaines, appelant les pays africains à soutenir la candidature de Marrakech pour devenir la première capitale Africaine de la culture.

Il a, également, mis en avant la volonté du Maroc, qui entretient de bonnes relations avec les pays africains et européens, de renforcer cette coopération culturelle intra-continentale et inter-continentale.

A cette occasion, plusieurs représentants de villes africaines ont exposé des exemples de bonnes pratiques de développement culturel local liées à l’impact social, économique, urbain ou culturel, ainsi que des idées pour développer des formats d’échange d’industries culturelles et créatives.

D’autres représentants des Capitales européennes de la culture ont donné un aperçu approfondi sur les expériences concrètes qu’ils font en ce qui concerne les différents aspects du développement culturel local ainsi que leur potentiel de coopération internationale et leurs idées pour de futurs échanges avec les villes et industries créatives africaines.

Ces discussions ont permis d’approfondir les connaissances sur la coopération culturelle internationale, de dresser les obstacles à la coopération et les mesures à prendre pour briser ces barrières au niveau local ainsi que les nouvelles visions pour la coopération culturelle et dans les industries créatives entre l’Afrique et l’Europe.