Des progrès « tangibles » dans la réalisation de pistes rurales

Chichaoua – Les projets programmés en vue du renforcement de l’infrastructure routière par la réalisation de pistes rurales au niveau de certaines communes de la province de Chichaoua ont enregistré des progrès « tangibles » en termes d’avancement des travaux, a indiqué, lundi, le conseil provincial.

Ainsi, le gouverneur de la province, Bouabid El Guerrab, a effectué, en fin de semaine, une visite de terrain à des projets routiers programmés par cette instance élue afin de prendre connaissance de l’état d’avancement des travaux et de leur respect des critères et normes prévus par le cahier des charges.

Il s’agit de la route reliant la ville de Chichaoua au niveau de douar Ben Hamada en arrivant au douar de Zouinate relevant de la collectivité territoriale d’Ahdil (70% des travaux réalisés), et de la route reliant le centre de Sidi Al Mokhtar et la commune de Mzilate relevant de la province d’Essaouira sur une longueur de 10 Km, dont les travaux sont achevés.

Le gouverneur s’est rendu aux chantiers de la route reliant les communes d’Ait Hadi et de Saidate, passant par les douars de Souihla, de Tirit, d’Ouled Abdelmoula et de Lakhlalta (50% des travaux réalisés), ainsi que de la route reliant la commune d’Ouled Moumna et celle de Sidi Bouzid sur une distance de 17 Km, dont 50% des travaux ont été exécutés.

Dans une déclaration à la MAP, le directeur des services au conseil provincial de Chichaoua, Mostafa Ahrouche, a indiqué que l’instance élue a programmé, dans le cadre du partenariat conclu avec le ministère de l’Intérieur, en l’occurrence la Direction des affaires rurales et la Direction générale des collectivités locales (DGCL), sept projets routiers pour la réalisation de 94,38 Km de pistes rurales.

Le coût de ce programme, qui tend à réaliser la justice spatiale entre les communes de la province, s’élève à 59.954.780 DH, dont la moitié est assurée par le conseil provincial, alors que la DGCL et la Direction des affaires rurales contribuent à hauteur de 25% chacune, a-t-il précisé.

M. Ahrouche a indiqué que ces chantiers routiers visent la valorisation des terres agricoles, en général, et des terres soulaliyates, en particulier, l’accompagnement des projets agricoles structurants à travers leur liaison aux principaux axes routiers, le désenclavement des douars et la dynamisation de l’activité économique et commerciale.

Il a rappelé que le conseil provincial accorde une grande importance au renforcement de l’infrastructure routière dans la province, notant que le Conseil s’est fixé, conformément au plan d’étape, la réalisation de près de 100 Km de pistes, une moyenne dépassée maintenant pour s’établir actuellement à 260 Km.