Des unités mobiles continuent de servir l’aide aux Ramedistes

Commune de S’biâate (province de Youssoufia) – Des unités mobiles d’ »Al Amana Microfinance », déployées au niveau des collectivités territoriales de S’biâate et d’Al Khawalka, dans la province de Youssoufia, continuent de servir l’aide financière octroyée par l’Etat au profit des bénéficiaires du Régime d’assistance médicale (RAMED) et des ménages opérant dans le secteur informel.

« Al Amana Microfinance » a, ainsi, mobilisé des équipes afin de garantir la distribution, dans de meilleures conditions, de cette aide accordée par le Fonds spécial dédié à la gestion de la pandémie du Covid-19, en vue d’atténuer les incidences socioéconomiques de cette crise sanitaire sur les catégories vulnérables, notamment en milieu rural.

Ces unités mobiles continuent de distribuer, au niveau des communes de « S’biâate » et « Al Khawalka », cette aide financière fixée à 800, 1.000 et 1.200 DH, en fonction de la taille du ménage.

L’opération se déroule dans le respect scrupuleux des mesures sanitaires recommandées par les autorités compétentes pour enrayer la propagation de la pandémie, grâce à la prise de conscience dont ont fait montre les bénéficiaires qui veillent à prendre les précautions nécessaires, notamment en termes de respect de la distance de sécurité et du port des masques de protection.

A cette occasion, le directeur de l’agence d’ »Al Amana Microfinance » à Youssoufia, Mohamed Laâziri a indiqué que dans le cadre de l’approche de proximité, l’établissement a veillé au rapprochement de ses services des habitants des communes rurales, afin de leur faciliter la perception de cette aide.

Dans une déclaration à la presse, M. Laâziri a précisé que le nombre des bénéficiaires de cette opération au niveau de la commune de S’biâate s’élève à 722 personnes, rappelant qu’ »Al Amana Microfinance » a servi l’aide à 500 bénéficiaires à l’échelle de la province de Youssoufia.

Il a également noté que l’opération de distribution se déroule en coordination étroite avec les autorités locales et dans le respect scrupuleux des mesures sanitaires préventives, préconisées par les autorités compétentes afin de faire face à la pandémie.

Pour leur part, des bénéficiaires ont fait part de leur satisfaction quant aux prestations fournies, tout en saluant les efforts consentis par les pouvoirs publics et leur mobilisation constante pour assurer la sécurité sanitaire des citoyens.

Le Comité de Veille Economique (CVE), réuni le 23 mars dernier, s’était focalisé sur les mesures d’accompagnement en faveur du secteur informel directement impacté par le confinement obligatoire. De par la complexité et l’ampleur de la problématique, il a été décidé de la traiter en deux phases.

Dans la première, les ménages bénéficiaires du RAMED opérant dans l’informel et qui n’ont plus de revenus du fait du confinement obligatoire, bénéficient d’une aide de subsistance, servie par le Fonds spécial pour la gestion du Covid-19, créé sur Hautes instructions de SM le Roi Mohammed VI.

Cette aide est répartie sur les ménages de deux personnes ou moins (800 DH), les ménages formés de trois à quatre personnes (1.000 DH) et les ménages de plus de quatre personnes (1.200 DH).