Eau potable et assainissement liquide: M. Amara en visite à Chichaoua

Chichaoua – Le ministre de l’Equipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau, Abdelkader Amara, a effectué, vendredi, une visite de terrain dans la province de Chichaoua, pour s’enquérir de la situation d’approvisionnement en eau potable et du service d’assainissement liquide, et procédé au lancement de plusieurs projets de renforcement de l’alimentation en eau potable en milieu rural et d’assainissement liquide dans la province.

Ainsi, M. Amara, qui était accompagné notamment du gouverneur de la province de Chichaoua, M. Bouabid El Guerrab, et du Directeur Général de l’Office National de l’Electricité et de l’Eau Potable (ONEE), Abderrahim El Hafidi, a donné le coup d’envoi du projet de transformation et d’extension de la station d’épuration des eaux usées de la ville de Chichaoua.

Cette station permettra d’augmenter le débit traité de 1.500 m3/j à 3.360 m3/j, améliorant ainsi les conditions sanitaires et environnementales de la population de la ville.

Le projet, dont le coût s’élève à plus de 14 millions DH (MDH), en plus d’une enveloppe de 3 MDH pour les études et le branchement électrique, consiste en l’extension de la station d’épuration à travers la transformation du système existant (lagunage naturel) en lagunage aéré avec l’installation, notamment, d’une unité compacte de prétraitement (dégrillage automatique, dessablage, déshuilage) et de 21 aérateurs.

Par ailleurs, M. Amara s’est enquis de l’état d’avancement des travaux relatifs au projet de réhabilitation et d’extension du réseau d’assainissement liquide au niveau de la ville de Chichaoua, dont le coût est estimé à 7 MDH.

Ce projet consiste en la réhabilitation et l’extension du réseau d’assainissement sur une longueur de 12 km et la réalisation d’une station de relevage.

Ledit projet, dont l’état d’avancement des travaux a atteint actuellement un taux de 45%, permettra à terme de raccorder 650 nouveaux abonnés au réseau d’assainissement.

Concernant les projets d’alimentation en eau potable, le ministre a effectué une visite à la station de traitement, mise en service en février 2019 et qui alimente en eau potable les villes de Chichaoua, Imintanoute et d’Amizmiz, à partir de la retenue du barrage Abou El Abbas Sebti.

D’un coût global d’environ 400 MDH, le projet, financé dans le cadre d’un prêt de la banque allemande KFW, consiste en une station de traitement pour un débit d’eau potable de 300 litres/seconde, une adduction sur une longueur de 150 km, cinq stations de pompage, quatre réservoirs d’une capacité totale de 4.000 m3 ainsi qu’un système de télégestion.

Le projet permettra aussi de répondre aux besoins de pointe en eau potable au profit d’une population de près de 100.000 habitants au-delà de l’horizon 2030.

A l’issue de cette visite, M. Amara a donné le coup d’envoi des projets d’approvisionnement en eau potable des centres de Guemassa, Lamzoudia et des douars avoisinants pour résorber le déficit enregistré actuellement au niveau de la production d’eau potable.

Ces projets consistent en la réalisation de deux piquages sur l’adduction alimentant la ville de Chichaoua à partir du barrage Abou El Abbas Sebti et la pose de 35 km de conduites en PVC de 140 mm de diamètre.

La réalisation de ces projets, dont l’achèvement des travaux est prévu en janvier 2021, permettra de couvrir les besoins de 35.000 habitants des centres concernés jusqu’à l’horizon 2035.

Ces projets s’inscrivent aussi dans le cadre du programme de renforcement de l’approvisionnement en eau potable au niveau national, et dans le cadre du plan d’action visant à assurer la continuité des services d’électricité, d’eau potable et d’assainissement liquide dans le contexte exceptionnel de l’état d’urgence sanitaire de lutte contre la Covid-19.

Dans une déclaration à la presse à cette occasion, M. Amara a indiqué que la province de Chichaoua vit au rythme de la réalisation d’importants projets dans les domaines des infrastructures et de l’approvisionnement en eau potable, dont cette grande station de traitement de nouvelle génération.

Ce projet d’envergure contribuera au renforcement de l’alimentation du milieu rural en eau potable, conformément au Programme national d’approvisionnement en eau potable et d’irrigation 2020-2027, dont la cérémonie de lancement a été présidée par Sa Majesté le Roi Mohammed VI, ce qui permettra au monde rural d’être lié au système structurel de distribution de l’eau, a expliqué M. Amara.

Notant que certaines régions du Royaume font face, pendant l’été, à un déficit hydrique, le ministre a expliqué que ce programme permettra ainsi de garantir la sécurité en cette denrée inestimable et de répondre à cette problématique à laquelle sont confrontées ces régions en période estivale, en ce sens qu’elles seront approvisionnées soit à partir des barrages, des eaux souterraines ou des stations de dessalement de l’eau de mer.

C’est le cas de ce grand projet dans la province de Chichaoua, qui est désormais alimentée à partir du barrage Abou El Abbas Sebti, dont une partie de la retenue est ainsi réservée à l’approvisionnement en eau potable, a relevé M. Amara, tout en mettant en avant l’impact positif et l’importance de ce projet pour les habitants de la province.

De son côté, M. El Hafidi a indiqué que ces projets marquent « un changement profond » en matière d’approvisionnement en eau potable et d’assainissement liquide au niveau de la province de Chichaoua.

Le DG de l’ONEE a, dans la foulée, expliqué que les projets d’assainissement liquide auront un impact indéniable sur la protection de l’environnement et la préservation de la santé des populations de la province, soulignant que la transformation du système existant au niveau de la station d’épuration des eaux usées (lagunage naturel) en lagunage aéré permettra de résoudre la problématique des odeurs nauséabondes dégagées par l’ancienne station.

Un changement important est opéré également en matière d’alimentation en eau potable dans la province, qui dépendait auparavant des forages et des puits pour l’approvisionnement en cette matière vitale, alors qu’elle est, désormais, alimentée directement par une station de traitement des eaux provenant de la retenue du barrage, a fait observer M. El Hafidi.

Et le responsable de conclure que ce projet exceptionnel, réalisé dans le cadre de la vision Royale relative à la généralisation de l’approvisionnement en eau potable sur l’ensemble du territoire national, permettra de subvenir aux besoins des populations de la province en cette matière à l’horizon 2030, en particulier en milieu rural.