Forte impulsion de l’INDH au secteur de l’éducation et de la formation

Commune d’Oukaimden (Province d’Al Haouz) – L’Initiative Nationale pour le Développement Humain (INDH) a eu pour effet depuis son lancement officiel de donner une forte impulsion au secteur de l’éducation et de la formation au plan national comme au niveau de la province d’Al Haouz, et ce, dans le cadre des efforts visant à promouvoir la scolarisation et à lutter efficacement contre la déperdition scolaire.

Cette contribution de l’Initiative demeure nettement remarquable comme en témoignent ses multiples programmes, à la fois, pragmatiques et si ambitieux, en l’occurrence son premier programme portant sur le rattrapage des déficits en infrastructures et services sociaux de base, qui vise l’équipement et la mise en place au niveau des douars répartis sur l’ensemble du territoire national, de services de base, notamment en matière d’éducation et de formation.

Dans une province réputée par la prédominance des zones rurales et montagneuses, à savoir : Al Haouz, l’INDH n’a pas lésiné sur les moyens pour encourager la réussite scolaire et s’attaquer ainsi, aux principales causes de la déperdition scolaire qui accroît les risques de marginalisation de nombreux jeunes de la région.

Depuis le lancement de la troisième phase de l’INDH (2019-2023), plusieurs projets ont été, ainsi, inaugurés ou lancés au niveau de cette partie du territoire national, partant de la conviction que l’éducation et la formation demeurent, sans nul conteste, les socles de tout développement durable escompté.

Dans ce sens, le lycée collégial à la commune d’Oukaïmden constitue un exemple éloquent en termes des efforts consentis pour renforcer davantage l’infrastructure éducative et l’offre scolaire dans cette zone montagneuse.

Réalisé dans le cadre de l’INDH grâce à une enveloppe budgétaire de 1,7 millions de DH, cet établissement scolaire accueille quelque 350 élèves issus des différents douars de cette commune rurale, qui s’étale sur une vaste étendue de reliefs et de montagnes.

Pour améliorer l’accès à cet établissement d’enseignement depuis la route provinciale n° 2030, une route dallée a été construite pour un coût global de 160.000 DH. Financé par l’INDH, ce projet bénéficie aux élèves ainsi qu’aux cadres administratifs et pédagogiques de l’établissement scolaire qui ont désormais, un accès facile à l’établissement.

« L’INDH a largement contribué à encourager la scolarisation et à lutter contre le décrochage scolaire dans cette commune rurale où, les enfants ont été contraints, par le passé, de parcourir plusieurs kilomètres et dans des conditions difficiles pour poursuivre leurs études », a expliqué Mme Asma El Mounya, directrice du lycée-collégial d’Oukaïmeden, dans une déclaration à M24, la chaîne télévisée d’information en continu de la MAP.

« Cet établissement scolaire s’efforce à lutter contre l’abandon scolaire et à promouvoir la scolarisation des enfants, notamment les jeunes filles, en vue de contribuer à l’éradication de l’absence des élèves à cause de l’éloignement », a relevé Mme El Mounya, ajoutant que les 350 élèves sont, désormais, capables de poursuivre leurs études dans les meilleures conditions.

Un état des lieux confirmé par quelques élèves qui habitent à proximité de cet établissement et qui n’ont pas hésité à exprimer leur joie et gratitude aux responsables de ce projet, qu’ils considèrent sans nul conteste, comme « un garant » de la pérennité de leur parcours scolaire.

Selon les données de la Division de l’Action Sociale (DAS) relevant de la province d’Al Haouz, quelque 15 projets de développement, d’une enveloppe budgétaire de plus de 6.6 millions de DH ont été programmés durant la période 2019-2021 concernant les différents axes du programme I de la phase III de l’INDH.

Le Programme 1 de la Phase III contribue à réduire les inégalités d’ordre social et territorial encore existantes notamment, dans cinq secteurs prioritaires à savoir : les secteurs de la santé, de l’éducation, des pistes et routes, de l’eau potable et de l’électrification rurale.

La mise en œuvre de ce programme, rappelle-t-on, s’opère à travers la contribution au Programme de réduction des disparités territoriales et sociales (PRDTS) ainsi que par des interventions directes pour la réalisation d’infrastructures à fort impact adaptées au contexte local.