Des hôtes conquis par la voix de Suzanne Harroch

Essaouira – La chanteuse marocaine Suzanne Harroch a conquis, vendredi à Essaouira, le coeur des hôtes de la 16è édition du Festival des Andalousies Atlantiques, lors d’un concert-conférence sublime et de toute beauté.

Lors de ce concert-conférence, animé par le journaliste et écrivain Mohamed Ameskane, la toute talentueuse Harroch a convié le public présent à un long périple, le temps de rendre au répertoire musical judéo-marocain tout son lustre d’antan.

Dans une ambiance empreinte de convivialité et surtout de joie de ces belles retrouvailles dans la cité des Alizés entre musulmans, juifs et chrétiens, Suzanne Harroch a ainsi gratifié le public présent d’un florilège de chansons interprétées en toute aisance et fluidité, entre langue arabe et hébreu pour chanter la paix, l’amour, la coexistence et le vivre-ensemble qui caractériseront à jamais le Royaume, cette terre bénie.

En se faisant, Suzanne Harroch a su interpréter, avec sincérité, authenticité et plein de charme, un répertoire judéo-marocain particulier, si riche et varié et combien si cher à tous les Marocains.

Rehaussé par la présence notamment du Conseiller de Sa Majesté le Roi et Président-fondateur de l’Association Essaouira-Mogador, M. André Azoulay, de M. Serge Berdugo, Secrétaire Général du Conseil des Communautés Israélites du Maroc, ainsi que d’autres personnalités, cette fête musicale a offert l’opportunité à tous de comprendre et de saisir la juste mesure de la résilience, de la profondeur et de l’enracinement du patrimoine spirituel, artistique et culturel du judaïsme marocain.

Approchée par la MAP, Suzanne Harroch a dit toute sa joie et sa grande fierté de se retrouver à Essaouira le temps du Festival des Andalousies Atlantiques, un événement si riche en significations dans un Maroc où la coexistence, la tolérance et l’interaction entre musulmans et juifs ont toujours existé au fil des siècles.

« J’ai choisi un répertoire très particulier, je dirai même que j’ai choisi la difficulté en optant pour des chants religieux car, chaque fois qu’il y a un festival à Essaouira, c’est toujours ce thème de la coexistence, de la tolérance et du vivre ensemble qui caractérise et constitue l’esprit même de notre cher pays, le Maroc », s’est-elle félicitée.

« A Essaouira comme partout ailleurs au Maroc, on essaye de transmettre des messages entre Juifs et Musulmans, on explique aux jeunes pourquoi leurs parents et leurs grands-parents sont restés à jamais très attachés à ce pays et c’est toute la finalité », a expliqué Mme Harroch.

« Je suis tellement fière et si honorée d’interpréter ces chants religieux, tout en y insérant ces belles valeurs de patriotisme et d’attachement au Maroc et au glorieux Trône Alaouite », a-t-elle dit, réitérant sa détermination à continuer à chanter pour la paix, la quiétude, l’amour, la coexistence et la tolérance.

« Le Maroc, grâce au leadership de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, est un modèle à suivre en matière de coexistence et de vivre-ensemble. Un signe d’honneur et de grande fierté pour tous les Marocains, abstraction faite de leurs religions », a-t-elle conclu.

« Dans le cadre de la 16è édition du Festival des Andalousies Atlantiques, nous avons pensé à quelque chose d’original et nous avons invité Mme Harroch à participer à ce festival avec un répertoire musical de sa région, Erfoud, un pari amplement réussi », s’est félicité, de son côté, M. Ameskane, mettant en avant l’étonnant parcours professionnel de cette chanteuse hors-pair et son engagement pour préserver le patrimoine judéo-marocain.