Ighoud: Quand le tourisme scientifique sera au rendez-vous

Par : Fouad BENJLIKA
Commune d’Ighoud (province de Youssoufia) – Situé à 70 km au Sud-Est de Safi, le Site préhistorique et archéologique de Jbel Ighoud relevant de la province de Youssoufia, a fait couler beaucoup d’encre, ces dernières années, et attirer l’attention de toute la communauté scientifique internationale, grâce aux dernières découvertes archéologiques de pertinence scientifique inégalable, ce qui augure d’un avenir prometteur pour ce site apte à devenir une véritable destination pour le tourisme scientifique et culturel.

Ce site qui recèle un patrimoine archéologique si singulier avec de nombreux fossiles humains qu’il a livrés, dont essentiellement les 2 crânes d’adultes, Ighoud 1 et 2, la mandibule et l’humérus d’enfant, successivement Ighoud  3  et  Ighoud  4, a eu la particularité d’offrir de nouvelles données archéologiques permettent de mieux cerner l’origine de notre propre espèce, Homo sapiens.

La commune d’Ighoud a donc vu sa notoriété monter en flèche lorsqu’en 2017, une équipe de paléoanthropologues marocains et français y faisait une découverte archéologique décisive : celle des fossiles d’Homo sapiens datant d’environ 300 000 ans. Une véritable découverte qui, depuis, a bouleversé les connaissances scientifiques qui faisaient remonter cette espèce à 200 000 ans et a amené les scientifiques à considérer cette région comme étant le berceau de l’humanité.

Et ce n’est pas tout. Depuis que le nom de la commune rurale d’Ighoud se trouve intimement lié à ces découvertes scientifiques impressionnantes, c’est toute la vie des autochtones, quelque 20.000 âmes au total, qui va prendre un autre élan avec de nouveaux espoirs et attentes surtout, après l’annonce par les pouvoirs publics de l’arrivée de projets grandioses dans le cadre d’un grand projet de mise à niveau de ce site et de toutes les zones limitrophes.

Ainsi, un vaste et très ambitieux programme de mise à niveau du site archéologique et du centre de la commune territoriale d’Ighoud (situé à 3 km du site Jbel Ighoud) a vu le jour et ce, conformément aux dispositions d’une convention signée en octobre 2018 entre différents départements ministériels concernés, pour un montant global de 310 millions de DH.

Des projets qui auront, sans nul doute, un impact fort considérable sur les conditions de vie des populations, assure Hamid Kamal, ingénieur à la Province de Youssoufia.

Ce programme ambitieux et intégré comprend plus de 30 projets visant, tout d’abord, l’aménagement et la valorisation du site archéologique d’Ighoud (50 MDH), la mise à niveau du centre de la commune territoriale d’Ighoud (125 MDH), ainsi que l’élargissement et le renforcement des axes routiers desservant le site archéologique et son environnement (135 MDH), a-t-il expliqué dans une déclaration à la MAP.

Les partenaires de ce programme étalé sur trois ans (2018- 2020), sont notamment le ministère de l’Intérieur, le ministère de l’Equipement, celui de la jeunesse et des sports et les conseils élus (le conseil régional, le conseil provincial de Youssoufia, la commune d’Ighoud), a-t-il précisé.

Quant à l’aspect culturel de ce chantier d’envergure, il convient de noter que le site de Jbel Ighoud inscrit, depuis le 20 novembre 2017, sur la liste du patrimoine national, mérite, à juste titre, d’être doté d’un Centre d’Interprétation du Patrimoine (CIP) digne de cette richesse et singularité archéologique qu’offre ce site, a estimé, quant à lui, le directeur régional de la Culture à Marrakech- Safi, Azouz Boujamid.

« En plus de son rôle de préservation et de valorisation de l’un des aspects importants du patrimoine national, la création d’une telle structure intégrée constituera un point d’ancrage des recherches préhistoriques à l’échelle de toute l’Afrique et permettra de faire rayonner davantage les résultats jusque-là obtenus, notamment auprès de la communauté des chercheurs préhistoriens au niveau international », a-t-il précisé.

D’un coût global évalué à 30 MDH, ce Centre aux standards internationaux, sera doté, entre autres, d’un espace dédié à l’accueil du public (Information, billetterie, boutiques…), des espaces pour expositions (permanentes, temporaires, didactiques…), un espace pédagogique (animation, atelier), un espace de lecture et de documentation, outre un espace dédié au staff administratif et personnel et au développement des missions du Centre.

Ce Centre comprendra également un espace de conservation des collections et de préparation des expositions, un espace de logistiques et de maintenance de bâtiment, des logements de fonction, outre des logements dédiés aux archéologues en mission de fouilles et de prospection « maison des archéologues ».

Dans ce cadre, M. Boujamid a fait savoir que toutes les études nécessaires relatives à ce CIP sont achevées et que le lancement des travaux de réalisation de cette structure à grande portée scientifique est prévu pour août ou septembre prochains.

L’aménagement du site Jbel Ighoud portera, en outre, sur l’implantation des panneaux signalétiques, la mise en place des accès pour les personnes à mobilité réduite, l’aménagement d’un circuit de visite, l’implantation d’un siège du site en adéquation avec l’aspect patrimonial de cette zone, et dans le respect le plus scrupuleux de son environnement naturel, outre l’établissement d’un système d’éclairage interne et externe.

Côté infrastructures, il appartient, conformément à la convention signée, au Groupe Al Omrane  d’assurer la mission de supervision de l’exécution des projets financés par le ministère de l’Aménagement du Territoire National de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Politique de la Ville et le ministère de la Santé.

Dans ce cadre, le directeur de l’Agence Al Omrane Safi- Youssoufia, Hatem Farhati, a relevé que les projets financés à hauteur de 35 millions de DH, par le ministère de l’Aménagement du Territoire National de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Politique de la Ville, concernent l’aménagement de la voie principale du centre d’Ighoud (16 millions de DH), la mise à niveau des quartiers et l’aménagement de la place centrale.

Le groupe assurera aussi le suivi des projets financés par le ministère de la Santé, dont l’extension du centre de Santé de la commune, avec la création d’un service des urgences de proximité et la construction d’une Maison de Maternité (Dar Al Oumouma), a-t-il indiqué.

Pour sa part, le représentant de la Direction provinciale de l’Équipement à Safi, Mohamed Amine Badr Tajj, a relevé que 03 projets verront le jour au niveau de cette commune territoriale. Ils concernent essentiellement, le renforcement d’axes routiers reliant Ighoud respectivement aux villes de Chichaoua, de Safi et d’Essaouira ainsi que 02 projets d’ouvrages d’art.

Ce programme ambitieux comprend également une composante environnementale avec l’aménagement de la décharge publique du centre d’Ighoud et les travaux d’assainissement et de traitement des eaux usées, qui seront bientôt achevés.

Le président de la commune d’Ighoud, Khaled Khalladi a, quant à lui, mis en relief l’importance de ces projets structurants et leur impact positif, de nature à contribuer au développement de la commune et à renforcer et améliorer davantage la qualité de ses infrastructures, avant de poursuivre que ce programme prévoit aussi la réalisation d’un nouveau siège pour la commune d’Ighoud.

Lui emboitant le pas, le président de la Fondation du patrimoine et recherches archéologiques à Ighoud, Najib Ben Alou, s’est félicité, pour sa part, de la mise en place de ce programme d’envergure, qui vise à valoriser le site de Jbel Ighoud et à réaliser le développement durable escompté pour cette commune.

Il a également indiqué que les projets programmés dans le cadre de ce grand chantier, avancent à une cadence soutenue, tout en rappelant que ce programme vient répondre parfaitement aux attentes des populations de cette commune rurale.

Avec ces projets de grande envergure, la commune rurale d’Ighoud est devenue « un chantier ouvert » pour un développement sûr et durable. Des projets qui, certes, vont changer le visage de cette partie du territoire national, a-t-il soutenu en guise de conclusion.

Ces projets ambitieux et ultramodernes, permettent, désormais, à la commune d’Ighoud et à toutes les zones avoisinantes de projeter un avenir prometteur et d’aspirer tirer profit de sa proximité des deux destinations touristiques phares du Royaume  à savoir: Marrakech et Essaouira, pour pouvoir drainer vers elle des flux importants de touristes.

Avec l’aménagement du site préhistorique et archéologique de Jbel Ighoud et la mise en place de projets appropriés et aptes à répondre aux attentes et exigences en matière de développement durable et intégré, la province de Youssoufia devra contribuer, sans nul doute, à la diversification de l’offre touristique proposée au niveau de la région Marrakech-Safi, en ouvrant la voie à l’émergence et à la promotion d’un véritable tourisme scientifique et culturel de qualité inouïe.

Cet effort colossal consenti à même d’ériger ce site archéologique en une destination culturelle et touristique incontournable témoigne, si besoin est, de cette démarche salutaire adoptée par le Maroc sous la conduite éclairée de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, visant à préserver et à valoriser un patrimoine séculaire, composante indéniable de l’identité nationale, de manière à le mettre à la disposition des générations montantes, partant de la conviction que toute nation qui ne prendra pas soin de son d’histoire n’aura aucunement d’avenir.