La Fondation Jardin Majorelle propose un souk fermier « bio »

Marrakech – La Fondation Jardin Majorelle organise tous les samedis à Marrakech, un Souk fermier « Farmer’s Market » proposant pour le bonheur et le plaisir des consommateurs, une multitude de produits locaux, frais et cultivés sans substances chimiques.

Organisée en collaboration avec le Réseau des Initiatives Agro- écologiques au Maroc (RIAM), cette initiative vise à créer des espaces de commercialisation des produits « bio », et à contribuer ainsi, à la promotion d’une économie « solidaire » directe, à même de permettre un transfert de l’argent directement du consommateur vers le producteur, sans passer par un intermédiaire.

Les stands aménagés à cette occasion, proposent une gamme variée de produits biologiques frais, allant des produits de terroir, aux légumes et aux fruits de saison, mis en vente au pic de leur maturité, par les agriculteurs eux-mêmes.

Ce marché fermier offre donc, une occasion unique aux consommateurs parmi les visiteurs de ce fameux jardin, pour faire leurs emplettes de produits agricoles frais et respectueux de l’environnement mais aussi, de prendre conscience de l’effort et de l’investissement fournis par cette catégorie professionnelle dans le but de proposer des aliments de qualité dans des conditions éthiques et écologiques.

Dans une déclaration à M24, la chaine télévisée de l’information en continu de la MAP, Mme Amna Terrass, coordinatrice régionale du projet « Innovations institutionnelles pour l’agriculture biologique », porté par le RIAM, a indiqué que l’agriculture biologique est une méthode de production qui exclut le recours à la plupart des produits chimiques, utilisés par l’agriculture intensive ou industrielle.

« Nous vivons aujourd’hui, consommateurs et agriculteurs, des problèmes multidimensionnels : changements climatiques, pollution, fraudes et falsification des produits agricoles, alors que la crise sanitaire mondiale a eu un impact sur le pouvoir d’achat des citoyens », a-t-elle expliqué.

Et de poursuivre que l’agriculture biologique ou écologique se positionne comme une « alternative » idéale et une « solution » à ces problématiques, étant donné que ce genre d’agriculture est conforme aux principes écologiques par son respect du système écologique dans les phases de production, de transport et de commercialisation, ainsi que du droit du consommateur à l’information et à une alimentation saine.

Ce genre de Souks vise de même, à écourter les circuits de commercialisation des produits agricoles, qui souffrent du phénomène de la multiplicité d’intermédiaires, qui engendre un retard en termes d’arrivée des produits agricoles aux consommateurs et d’augmentation des prix des produits agricoles, a-t-elle expliqué.

Par la même occasion, Mme Terrass, a fait savoir que cette initiative permet aux agriculteurs de vendre leurs produits en direct et de ce fait, d’être garants de la qualité et de la fraîcheur de ce qu’ils proposent aux clients.

Ce souk fermier permet aussi le partage des expériences et des expertises entre les agriculteurs, a-t-elle ajouté, notant que les prix « élevés » des produits agricoles « bio » sont attribués à une absence de soutien à ce type d’agriculture.

Elle a, en guise de conclusion, souligné la nécessité de reconnaitre l’importance de cette agriculture écologique dans le contexte actuel.

Dans une déclaration similaire, Farij Imane, adjointe au directeur des collections botaniques de la Fondation Jardin Majorelle, a expliqué que depuis 02 ans, les responsables du jardin Majorelle ont pris l’engagement d’assurer un entretien 100% « bio » du jardin Majorelle avec 0 intrants chimiques (pesticides et fertilisants chimiques), qui contribuent à la dégradation de l’écosystème.

Le Jardin Majorelle ambitionne ainsi de devenir un modèle pour les autres établissements et sociétés dans le domaine du respect de l’environnement, a-t-elle ajouté.

A travers l’organisation de ce souk fermier, qui propose uniquement des produits agricoles bio, le Jardin Majorelle veut faire passer pour ses visiteurs marocains et issus des quatre coins du monde, plusieurs messages, a-t-elle expliqué.

Dans le domaine environnemental, « le changement est possible est c’est très urgent », tandis que l’écologie et la biodiversité sont importantes pour notre survie sur cette planète, a insisté Mme Farij.

En parallèle à Ce souk, le RIAM organise moult activités dont, des créations culinaires et un festival de la moisson prévu en octobre prochain.

A noter que le marché des aliments et autres produits « bio » a augmenté rapidement au Maroc. Cette demande s’est accompagnée d’une extension considérable de la superficie des terres agricoles destinées à l’agriculture biologique.