Essaouira, véritable havre du coexistence et du vivre-ensemble

Essaouira – La singularité, la diversité et la richesse du patrimoine de la ville d’Essaouira lui ont permis au fil des siècles, de servir de véritable havre de coexistence et du vivre-ensemble, a souligné, lundi dans la cité des alizés, le président-délégué de la Société Marocaine de l’Archéologie et du Patrimoine (SMAP), M. Abdelaziz Touri.

 »Essaouira était depuis des siècles le portail du Royaume sur l’étranger, l’un des principaux ports et l’un des célèbres points commerciaux et d’échange avec les pays de l’Afrique subsaharienne, ce qui avait permis à cette cité d’être si dynamique et riche, et de conférer à ses habitants cet esprit d’ouverture et de convivialité », a-t-il ajouté lors d’une rencontre internationale sur  »les villes et les patrimoines dans les Etats arabes ».

Et de poursuivre qu’Essaouira se veut actuellement l’une des destinations les plus prisées tant par les touristes nationaux qu’étrangers parmi les férus des arts populaires authentiques et ce, par le biais de nombreux festivals d’envergure que la cité des alizés organise chaque année, mais aussi pour les visiteurs en quête de cette culture de coexistence et du vivre-ensemble.

Sur un autre registre, il a mis en avant la pertinence du thème choisi pour cette rencontre d’Essaouira, notant que les villes recèlent un patrimoine riche et diversifié qui ne cesse de militer pour sa survie, bien que certains de ses aspects ont pu résister face aux multiples défis et menaces.

Evoquant la situation du patrimoine au niveau du monde arabe, M. Touri a fait savoir qu’un nombre important de citoyens vivent actuellement au sein des villes et cités, ce qui laisse, a-t-il dit,  »le patrimoine en situation d’attente de ce que les jours à venir pourront apporter comme décisions ou événements susceptibles de menacer son existence ou, au contraire, favoriser sa sauvegarde et sa valorisation ».

Il n’a pas manqué de relever que l’échange d’expériences et d’expertises efficientes pour la promotion du patrimoine culturel et urbain est de nature à contribuer concrètement aux efforts déployés en vue de garantir le développement durable des cités et villes, notant que cela figure au coeur des orientations de la SMAP.

Par la même occasion, il a passé en revue une série d’activités qu’organise la SMAP, présidée par SAR la Princesse Lalla Hasnaa, en vue de faire connaitre le patrimoine matériel et immatériel du Maroc, et assurer sa sauvegarde et sa valorisation, relevant que ce conclave s’insère parfaitement dans ce sens.

Initié par la SMAP et le Centre Régional de Conservation ICCROM-ATHAR à Sharjah aux Emirats Arabes Unis (EEAU), en partenariat avec le ministère de la Culture et de la Communication (Département de la Culture), ce conclave de trois jours bénéficie du concours notamment du ministère des Habous et des Affaires Islamiques, de l’Académie du Royaume du Maroc, de l’Institut National des Sciences de l’Archéologie et du Patrimoine (INSAP), de l’Association Essaouira-Mogador.