Une source d’expertise politique dans l’intelligence collective

Le Maroc a trouvé une nouvelle source d’expertise politique: l’intelligence collective de ses propres citoyens, a souligné Lex Paulson, directeur de l’Ecole d’Intelligence Collective de l’UM6P dans un message publié sur le site « The africa report ».

Que signifiera le « développement national » dans un monde post-covid ? Comment les pays en développement trouveront-ils le modèle le mieux adapté à leur situation, et comment aligneront-ils tous les acteurs publics et privés nécessaires à son aboutissement ?, s’est-il interrogé, notant que la réponse du Maroc est « par l’intelligence collective de ses propres citoyens ».

Ces derniers mois ont vu la publication d’un rapport tant attendu de la Commission Spéciale sur le modèle de développement (CSMD), créée en 2019 par SM le Roi Mohammed VI, a-t-il rappelé.

Les commissions « ruban bleu » pour s’attaquer aux problèmes épineux ne datent pas d’hier. Mais les méthodes employées par la CSMD, et les propositions qui en ont découlé, ouvrent la voie à une toute nouvelle approche de la gouvernance dans la région MENA, a fait valoir M. Paulson dans son message.

Il a, ainsi, souligné que le nouveau modèle de développement du Maroc a été créé grâce à des méthodes d’intelligence collective, une science émergente qui explore la façon dont les groupes peuvent surpasser les individus dans l’apprentissage, la prise de décision et la résolution de problèmes.

« C’est une capacité qui a longtemps défini notre espèce, partant des bandes coordonnées de chasseurs dans la savane aux réseaux de scientifiques qui développent des vaccins contre le coronavirus. Un environnement complexe a poussé les humains à conjuguer leurs connaissances, mais l’intelligence collective n’est pas un hasard: pour que la « sagesse des foules » émerge, il faut qu’un groupe s’organise de manière optimale, avec les méthodes et les outils adéquats », a noté directeur de l’Ecole d’Intelligence Collective.

Ce que les gouvernements découvrent, c’est que l’intelligence collective peut générer des solutions et coordonner l’action mieux que les méthodes traditionnelles, a-t-il relevé.

À l’instar du système sophistiqué de données crowdsourced et de retour d’information rapide de Taïwan qui a produit la stratégie covid-19 la plus efficace au monde, le Maroc est confronté à un ensemble de défis complexes. Après avoir connu un essor au début des années 2000, il a connu un ralentissement de la croissance économique dans les années 2010, et ses pressions démographiques et environnementales se sont intensifiées.

En 2017, a-t-il rappelé, SM le Roi a lancé un appel à l’action aux dirigeants élus du pays. La solution pour le développement national ne viendrait pas d’une équipe d’experts, de conseillers accrédités ou de consultants rémunérés. Au contraire, le nouveau modèle de la nation devrait être le produit d' »une approche inclusive et participative… pour s’assurer que toutes les parties prenantes clés sont activement impliquées ».

Mais comment tenir une conversation productive avec 36 millions de personnes ?, s’est-il interrogé.

À partir de janvier 2020, la CSMD a lancé une large consultation nationale ouverte à tous les citoyens marocains, visant à mobiliser une grande variété d’expertises des communautés locales, du gouvernement, des ONG et du secteur privé, a-t-il indiqué.

Il a, par ailleurs, souligné que son approche multicanal a été conçue pour refléter quatre indicateurs qui, selon les études scientifiques, sont essentiels à la production de l’intelligence collective: une diversité de participants et de sources d’information, une masse critique de contributions, un échange d’informations suffisamment riche à chaque « point de contact » et un processus efficace pour synthétiser les contributions en un tout cohérent.

De janvier à décembre 2020, le CSMD a reçu plus de 10.000 pages écrites de contributions de la part de 6.600 individus et 165 organisations. Bien que la pandémie ait réduit une grande partie des consultations en personne, la CSMD a organisé 20 événements publics en ligne et plus de 100 ateliers à distance en été et en automne.

Dans l’ensemble, leurs délibérations se sont étendues sur 61 séances plénières et 5 week-ends de retraite pour environ 430 heures de travail interne, a précisé M. Paulson.

Publié en juillet, le nouveau modèle que ces citoyens ont contribué à créer redéfinit le développement comme « un processus global et multidimensionnel qui va au-delà du seul objectif d’accumuler des richesses matérielles ».

Les priorités les plus urgentes ont également suscité un large consensus public: inverser le déclin de la mobilité économique, renforcer la sécurité sociale et étendre la portée et la réactivité des services publics, en particulier en dehors des grandes villes. Des formes spécifiques d’inclusion citoyenne sont recommandées, allant du budget participatif aux agents de santé communautaires et aux nouveaux « espaces socio-théologiques » pour créer un dialogue sur les questions de genre et de culture, a conclut la missive.