Le Maroc a un rôle majeur à jouer dans la préservation du patrimoine

Essaouira – Le Maroc, de par son appartenance à deux régions stratégiques dans le monde à savoir le Continent africain et le Monde Arabe, a un rôle majeur à jouer dans les efforts visant la préservation et la valorisation du patrimoine, a indiqué, lundi à Essaouira, le directeur général du Centre International pour la Conservation et la Restauration des biens culturels (ICCROM), M. Webber Ndoro.

 »L’ICCROM est déterminé à oeuvrer avec le Maroc pour la préservation et la valorisation du patrimoine au niveau de ces deux régions », a ajouté M. Webber Ndoro à l’ouverture des travaux d’une rencontre internationale, de trois jours, sur  »les villes et les patrimoines dans les Etats arabes ».

Dans la foulée, M. Webber Ndoro a relevé que le Royaume a accumulé une grande expérience dans la promotion de la préservation de son patrimoine et de ce fait, peut être un partenaire agissant et dynamique de l’ICCROM, rappelant que la tenue récemment à Marrakech du 8è Sommet « Africités » témoigne de l’importance cruciale et du leadership du Maroc en la matière.

Il s’est, en outre, félicité du choix de la cité des alizés pour l’organisation de cette rencontre sur les patrimoines qui réunit des experts, chercheurs et universitaires de plusieurs pays arabes, lesquels représentent 20% des membres de l’ICCROM, mettant en avant la pertinence de la thématique arrêtée pour ce conclave.

Il a aussi indiqué que la préservation des villes historiques revêt une importance cruciale pour le renforcement du développement durable au profit des populations qui y sont installées, ajoutant que les villes figurent actuellement au coeur du développement humain dans ses différents aspects.

Et de poursuivre que le patrimoine culturel est considéré comme l’un des piliers fondamentaux de tout développement notamment dans les villes historiques, insistant sur l’impératif d’oeuvrer en vue de la consécration de la paix et de la consolidation des identités.

Pour ce responsable, l’ICCROM veille à la concrétisation de l’objectif 16 des Objectifs de Développement Humain (ODD) relatif à la paix, la justice et institutions efficaces.

Et d’ajouter que la langue se veut l’un des outils efficients de la préservation du patrimoine, faisant observer que la région arabe est connue par son développement et sa civilisation humaine qui a nettement évolué et servi le monde.

M. Webber Ndoro n’a pas manqué de souligner qu’au niveau de la région Afrique, l’ICCROM focalisera sur l’utilisation du patrimoine culturel comme levier économique et social, notant que ce patrimoine requiert d’être mieux compris par les autochtones pour en tirer le maximum de profits.

De son côté, M. Zaki Aslan, directeur du Centre ICCROM-Sharjah aux Emirats Arabes Unis (EEAU), a dit toute sa joie et sa fierté de la tenue de cette rencontre internationale à Essaouira, notant que le choix de cette cité n’est pas arbitraire mais motivé par le fait qu’elle constitue une destination illustrant la diversité culturelle et la richesse du patrimoine universel.

Il a souligné que ce rendez-vous constitue une occasion pour présenter des modèles de 25 villes issues de 16 pays arabes, avec un focus sur les outils à mettre en oeuvre pour la préservation de leur patrimoine, surtout après que ce legs a été fragilisé ces dernières années, mettant en avant l’importance du patrimoine comme levier du développement.

Initié par la Société Marocaine d’Archéologie et du Patrimoine (SMAP) et le Centre Régional de Conservation ICCROM-ATHAR à Sharjah aux Emirats Arabes Unis (EEAU), en partenariat avec le ministère de la Culture et de la Communication (Département de la Culture), ce conclave de trois jours bénéficie du concours notamment du ministère des Habous et des Affaires Islamiques, de l’Académie du Royaume du Maroc, de l’Institut National des Sciences de l’Archéologie et du Patrimoine (INSAP), de l’Association Essaouira-Mogador.

Ce rendez-vous scientifique offre, ainsi, l’opportunité de mettre l’accent sur les questions liées à la préservation et à la mise en valeur du patrimoine des villes dans le monde arabe, ainsi que de leurs tissus historiques. tout en permettant aux acteurs agissant dans les domaines de la préservation et de la mise en valeur du patrimoine d’échanger leurs expériences respectives.

Il sert aussi de plateforme pour les chercheurs en sciences humaines et sociales, œuvrant pour l’analyse, l’inventaire et la préservation des savoirs et savoir-faire, d’approfondir leurs connaissances et de partager leurs compétences en la matière.