Le Pacte de Marrakech, une opportunité pour revoir l’approche migratoire actuelle (Pdt la fédération internationale la Croix-Rouge)

Marrakech, 10/12/2018 (MAP) – Le Pacte mondial sur la migration constitue une opportunité pour revoir l’approche globale actuelle « qui, malheureusement, ne fonctionne plus », a indiqué, lundi à Marrakech, le président de la fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR), Francesco Rocca.

« Chaque gouvernement a le droit de définir sa propre politique migratoire et de protéger ses frontières, mais aucun pays n’a le droit d’appliquer cette politique d’une manière qui pourrait accroître les souffrances », a relevé M. Rocca lors d’une conférence de presse tenue en marge de la Conférence intergouvernementale pour l’adoption du Pacte mondial sur les migrations, qui se déroule dans la ville ocre (10-11 décembre).

Le Pacte est une première étape « très importante » pour améliorer l’approche migratoire globale, a estimé M. Rocca, exprimant la volonté de la FICR de jouer un rôle clair et crucial pour soutenir les Etats afin d’implémenter le Pacte de manière à créer un réseau de services humanitaires, à travers lequel les migrants pourraient accéder aux services de bases et à différentes informations.

Par ailleurs, le président de la fédération a rappelé qu’en 2017, environ 300.000 enfants ont migré sans leurs familles, un nombre cinq fois plus important qu’en 2012, notant qu’en parlant d’une migration plus sûre, il faut d’abord penser à ces enfants qui sont les plus vulnérables et dont la sécurité doit être prioritaire.

Bien que ce pacte ne soit pas contraignant, il est nécessaire de prendre des mesures rapidement afin de redresser le système migratoire actuel et de protéger la dignité de plusieurs migrants, a fait savoir M. Rocca, exprimant son souhait de voir ce document transformé en action concrète qui aura un réel impact sur le terrain.

S’agissant des pays non présents lors de la conférence, M. Rocca a noté que la FICR continuera d’engager le dialogue sur la question de la migration.

La première journée de la conférence intergouvernementale sur la migration (10-11 décembre) est marquée par l’adoption formelle du Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières.

Approuvé le 13 juillet dernier par les Etats membres sous l’égide de l’Assemblée générale des Nations-Unies, le Pacte de Marrakech a été salué comme « une réalisation importante » et un document complet visant à mieux gérer les migrations internationales, à relever leurs défis et à renforcer les droits des migrants tout en contribuant au développement durable.