Les nouveaux adouls prêtent serment devant la Cour d’Appel

Marrakech – Les nouveaux adouls de la promotion 2018 ont prêté serment, récemment, devant la Cour d’Appel de Marrakech, conformément aux dispositions de l’article 10 de la loi relative à la profession.

La cérémonie de prestation de serment, présidée par le premier président de la Cour d’Appel de la cité ocre, Ahmed Nahid, intervient après que les nouveaux lauréats ayant rejoint le Conseil Régional des Adouls de la circonscription de la ladite juridiction ont rempli les conditions légales pour exercer la profession au terme d’une année de formation.

Cette promotion, composée de 80 nouveaux adouls, comprend pour la première fois des femmes, après l’ouverture de cette profession à la gente féminine, dans le cadre de la stratégie mise en place pour son intégration dans les métiers de la justice.

La cérémonie s’est déroulée dans le strict respect des mesures préventives préconisées pour la lutte contre la pandémie du Covid-19, les nouveaux adouls ayant été divisés en trois groupes pour prêter serment.

S’exprimant à cette occasion, le président du Conseil Régional des Adouls dans la circonscription de la Cour d’appel de Marrakech, Mohamed Amaidi, a souligné que la profession fait face à de grands défis et enjeux, notamment en cette conjoncture exceptionnelle que traverse le Royaume en raison des effets du nouveau coronavirus.

Et d’ajouter que cette pandémie a accéléré le recours à l’espace numérique et imposé à tous les secteurs d’inscrire parmi leurs priorités l’adoption rapide de cet outil digital.

« Notre profession a besoin aujourd’hui d’être dotée des moyens lui permettant d’accéder à cet espace et d’une refonte profonde et globale afin de continuer à s’acquitter pleinement de son rôle conformément aux objectifs de la réforme du système judiciaire », a-t-il expliqué.

Il a, dans la foulée, souligné que « la décision historique » de SM le Roi Mohammed VI autorisant les femmes à exercer la profession d’adoul, réservée jusque-là aux hommes, revêt une signification profonde et constitue un signal fort quant à la nécessité du développement et de la réforme de la profession afin d’accompagner le chantier de modernisation.

A travers cette initiative, SM le Roi a ainsi donné corps aux dispositions de l’article 19 de la Constitution, surtout dans son volet relatif à l’égalité homme-femme, a soutenu M. Amaidi.

Le deuxième volet de la réforme relève des compétences du gouvernement et de l’institution législative, à travers la mise en oeuvre des dispositions de la Loi fondamentale, notamment en termes d’égalité des chances, de lutte contre la discrimination et de respect des recommandations du chantier de la réforme du système judiciaire, a-t-il enchaîné, mettant en avant la Haute Sollicitude dont le Souverain, à l’instar de Ses glorieux ancêtres, ne cesse d’entourer cette profession, tout en veillant à sa réforme.

M. Amaidi a, en outre, appelé les nouveaux lauréats à accompagner les développements survenus sur les scènes nationale et internationale, à oeuver en vue d’apporter de la valeur ajoutée, à faire preuve de discipline et à rester attachés à l’éthique et aux traditions de la profession, afin de s’acquitter pleinement de leur mission et d’offrir de nobles services au pays à même de garantir la stabilité des transactions, préserver la sécurité familiale et contractuelle et améliorer le climat d’investissement dans le Royaume.