Mme Assia Bensalah Alaoui appelle à intensifier les échanges culturels au sein de l’espace atlantique

Marrakech, 15/12/2018 (MAP), Mme Assia Bensalah Alaoui, Ambassadeur itinérant de SM le Roi Mohammed VI, a appelé samedi, à Marrakech, à intensifier et à dynamiser davantage les échanges culturels au sein de l’espace atlantique.

« Cette intensification des échanges commence tout d’abord par la facilitation de la mobilité des personnes, des étudiants, des chercheurs et des scientifiques », a indiqué Mme Assia Bensalah Alaoui lors d’une plénière sous le thème « Le rôle de la culture dans les relations atlantiques » dans le cadre de la Conférence internationale « Atlantic Dialogues ».

Dans ce cadre, Mme Assia Bensalah Alaoui a proposé d’améliorer les échanges et de densifier les métissages pour résister au « rouleau compresseur des majors de l’industrie culturelle ».

L’Atlantique, a-t-elle soutenu, a de tout temps été un espace d’échange intense à travers les siècles.

La diplomate a déploré une « hégémonie culturelle et économique de l’Occident, où les pays du Sud ont du mal à exister ».

« Nous devons faire un travail sur nous-mêmes pour opérer cette revalorisation et réappropriation de notre culture pour nous permettre de passer du ressentiment à la réconciliation avec soi-même tout d’abord et avec l’Autre ensuite », a-t-elle dit dans ce contexte.

« L’Occident de son côté, doit réviser les livres d’histoire afin de restituer une certaine vérité historique. Il doit aller au delà des symboles, et intégrer impérativement la dimension de l’Autre dans ses politiques culturelles », a-t-elle expliqué.

Placée sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI et organisée sous le thème « Dynamiques atlantiques : surmonter les points de rupture », la Conférence « Atlantic Dialogues » connaît la participation près de 350 conférenciers en provenance de 90 pays.

Cette Conférence de trois jours (13-15 décembre) offre l’occasion aux participants de jeter la lumière sur les grands enjeux géopolitiques et économiques du Bassin atlantique, expliquent les organisateurs, faisant observer que le thème arrêté pour cette nouvelle édition « reflète des tendances aussi importantes que la montée des populismes, la dernière élection présidentielle au Brésil et la politique étrangère des Etats-Unis, dans la mesure où celle-ci remet en question l’avenir de l’OTAN et de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) ».

De grandes questions transversales restent, par ailleurs, posées telles que la démographie contrastée du Nord et du Sud, la dimension humaine de la crise migratoire, la mobilisation des ressources face au changement climatique, ou encore la perspective d’une nouvelle crise financière internationale.

Anciennement connu sous le nom de « OCP Policy Center », le Policy Center for the New South, initiateur de cette conférence, est un think tank marocain lancé en 2014 à Rabat, avec 39 chercheurs associés du Sud comme du Nord.

A travers une perspective du Sud sur les enjeux des pays en développement, il vise à faciliter les décisions stratégiques relevant de ses quatre principaux programmes : agriculture, environnement et sécurité alimentaire, économie et développement social, matières premières et finance.