Ouverture de la Conférence Globale de l’Espace « GLEC 2019 »

Marrakech- Sur Hautes Instructions de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’Assiste, M. Abdeltif Loudyi, ministre délégué auprès du Chef de Gouvernement, chargé de l’Administration de la Défense Nationale (ADN) a ouvert, mercredi à Marrakech, avec M. Moulay Hafid El Alamy, ministre de l’Industrie, de l’Investissement, du Commerce et de l’Economie numérique, la Conférence Globale de l’Espace « GLEC 2019 », organisée conjointement par le Centre Royal de Télédétection spatiale (CRTS) de l’ADN et la Fédération Internationale d’Astronautique (IAF), avec le soutien du Centre National Français d’Etudes Spatiales (CNES).

Dans une allocution prononcée à cette occasion, M. Loudyi a mis en exergue l’importance de plus en plus croissante du domaine spatial au niveau international et la place qu’il occupe pour de nombreux pays, tant par les retombées positives de ses applications en matière de développement socio-économique que par son rôle en tant que vecteur favorisant la recherche scientifique et impulsant les avancées technologiques.

Par ailleurs, le ministre Loudyi a souligné que le Royaume du Maroc, sous la conduite éclairée de SM le Roi, a réussi de grandes réalisations dans le domaine spatial, couronnées par le lancement réussi des deux Satellites d’observation Mohammed VI A et B en novembre 2017 et novembre 2018.

Cette importante réalisation marque une étape cruciale dans la pleine exploitation des technologies spatiales par le Royaume et consacre la volonté de Sa Majesté le Roi, Que Dieu Le Glorifie, de faire des outils offerts par ces technologies un véritable atout et un levier stratégique dans le cadre du développement socio-économique du Royaume, a-t-il affirmé.

Sur un autre palier, M. Loudyi a souligné que le choix du thème de la Conférence « combler le gap spatial dans les pays émergents » traduit la volonté d’impliquer ces pays dans les activités spatiales et de les aider à faire face aux nombreux défis dans ce domaine (Accès à la technologie, renforcement du capital humain, mobilisation des ressources financières adéquates, etc).

A cet égard, il a mis en évidence l’importance de la coopération internationale en matière spatiale qui permet de favoriser l’émergence de dynamiques positives notamment dans le domaine de la recherche scientifique et technique, le transfert de savoir-faire et de technologies et la formation des ressources humaines hautement qualifiées.

C’est dans ce sillage qu’il a mis en avant la nécessité pour que les pays africains puissent bénéficier des avancées réalisées en matière de technologies et d’applications spatiales, notamment pour la rationalisation de la gestion des ressources naturelles, l’optimisation de la valeur ajoutée du secteur agricole et l’amélioration des conditions d’accès des populations aux soins de santé et à l’éducation.

La Conférence Globale de l’Espace (GLEC) est un événement important pour l’agenda des rencontres internationales dédiées au spatial qui constitue un rendez-vous incontournable de l’ensemble des acteurs mondiaux opérant dans ce domaine.

L’édition 2019 de la GLEC regroupe plus de 300 participants d’une cinquantaine de pays, dont notamment 30 Directeurs et Chefs d’Agences et Organisations spatiales, ainsi que de nombreux industriels, universitaires scientifiques et chercheurs nationaux et internationaux.

Etalé sur trois jours (24-26 avril), son programme est axé, au titre de cette édition marocaine, sur l’implication des pays émergents dans le domaine spatial. Il est ainsi prévu d’y débattre de thématiques portant particulièrement sur les avantages des technologies et des applications spatiales pour le développement socio-économique, l’élaboration des modèles financiers et ressources, l’industrie spatiale et le cadre juridique et modèles de gouvernance.