Plaidoyer pour la création d’une plateforme d’archivage

Essaouira  – Les participants à la rencontre internationale sur « les villes et les patrimoines dans les Etats arabes », qui a clos ses travaux mercredi à Essaouira, ont plaidé pour la mise en place d’une plateforme d’archivage et de documentation, couvrant la période actuelle, pour la préservation du patrimoine dans les villes arabes.

La création de cette plateforme d’archivage ferait appel au système d’informations géographiques et ce, avec la contribution des différentes parties concernées par le patrimoine dans le monde arabe, ont expliqué les participants à ce conclave de trois jours, initié conjointement par la Société Marocaine de l’Archéologie et du Patrimoine (SMAP) et le Centre Régional de Conservation ICCROM- ATHAR à Sharjah (Emirats Arabes Unis).

Ils ont souligné, dans ce sens, la nécessité de procéder à une évaluation des lois actuellement en vigueur avant d’œuvrer pour leur amélioration, tout en préconisant le renforcement des capacités des parties concernées pour dépasser les seuls aspects techniques et s’étendre, ainsi, au volet stratégique et ce, selon une vision fondée de manière correcte et un plan d’action à long terme.

Après avoir loué l’importance d’encourager l’action commune, à même de concevoir des solutions adéquates aux problématiques rencontrées lors de la mise à niveau du patrimoine notamment celui urbanistique dans ces villes anciennes, les panélistes se sont prononcés en faveur de l’organisation d’une série d’activités pratiques en rapport avec la question du repeuplement de ces espaces à forte portée historique et civilisationnelle.

Ils ont, en outre, préconisé l’adoption de mécanismes et de méthodologies définissant les grandes lignes de l’opération de repeuplement, et la réalisation d’un guide spécialisé dans ce sens.

Les experts et spécialistes ont plaidé aussi pour la publication d’études et de recherches, et l’échange des expériences présentées lors de cette rencontre, en vue de leur archivage, tout en oeuvrant conjointement pour l’élaboration d’un guide de travail pour une meilleure gestion des villes historiques, outre la réalisation et la publication d’un répertoire des concepts et termes utilisés dans le domaine du patrimoine et de la gestion des villes historiques.

Par la même occasion, les différents intervenants ont insisté sur l’impératif de fédérer l’ensemble des efforts en vue de la création d’un Fonds de financement des projets liés au patrimoine et ce, en coordination avec les différents bailleurs de fonds.

Ils ont, en outre, suggéré une large ouverture et coordination avec les médias, en les associant aux différents efforts visant la promotion et la mise en valeur du Patrimoine dans les villes arabes.

Les travaux de ce conclave qui a été marqué par la participation de quelque 16 pays arabes représentés par une pléiade d’experts, de spécialistes et de responsables opérant dans le domaine de la préservation du patrimoine, se sont articulés autour de 3 axes principaux à savoir :  »le cadre administratif »,  »le renforcement des capacités et des qualifications », et le  »partenariat et la coopération ».

Cette rencontre s’est fixée pour objectifs de mettre l’accent sur les questions liées à la préservation et à la mise en valeur du patrimoine des villes dans le monde arabe, ainsi que de leurs tissus historiques, d’échanger les expériences dans ce domaine, d’établir l’analyse, l’inventaire et la préservation des savoirs et savoir-faire, et d’approfondir les connaissances en la matière.

En marge de cette rencontre, il a été procédé à l’organisation d’une exposition photographique placée sous le thème  »le jour d’après : Les ombres du patrimoine », outre des visites guidées aux monuments historiques les plus emblématiques de la médina et à l’île de Mogador.