Focus sur l’expérience marocaine en matière de préservation du patrimoine

Essaouira – La rencontre sur  »les villes et les patrimoines dans les Etats arabes », qui se tient du 26 au 28 novembre à Essaouira, se veut une occasion idoine pour mettre en avant la pertinence de l’expérience accumulée par le Royaume en matière de préservation et de valorisation de son patrimoine et ce, par la présentation de projets-modèles pilotés au niveau de plusieurs villes.

Cette expérience riche et singulière a permis au Royaume de devenir leader en la matière à l’échelle du monde arabe et du Continent africain, et ce malgré la persistance de certains défis à relever notamment quand il s’agit de la mise en oeuvre des programmes dédiés à la préservation et la sauvegarde du patrimoine contre toutes les formes de dégradation.

Dans sa démarche, le Maroc a su persévérer sur cette voie pour mettre en avant l’importance de ce patrimoine tant sur le plan économique que social, car ce legs patrimonial est doté d’une véritable portée historique et civilisationnelle qui remonte à de longs siècles.

Approché par la MAP, le président-délégué de la Société Marocaine de l’Archéologie et du Patrimoine (SMAP), Abdelaziz Touri, a indiqué que cette rencontre offre l’occasion aux participants, experts et spécialistes de prendre connaissance des différents programmes et actions menés par le Maroc en matière de préservation du patrimoine, tout en focalisant sur les difficultés rencontrées en la matière.

Dans la foulée, M. Touri a expliqué que le degré de prise de conscience des Marocains quant à la nécessité de préserver le patrimoine, est de nature à renforcer d’avantage l’intérêt à accorder à ce legs au niveau des villes, notant que la sauvegarde du patrimoine constitue un levier indispensable pour la promotion du secteur touristique, l’une des composantes essentielles du tissu économique local.

Après avoir démontré que les villes dans le monde arabe et au Maroc disposent de spécificités leur permettant de jouer un rôle majeur dans le développement, M. Touri a relevé que cette rencontre, la première du genre, offre l’occasion d’explorer les moyens adéquats à mobiliser pour protéger de manière efficace le cachet singulier des cités dans le monde arabe.

De son côté, le secrétaire général de la SMAP, Abdelouahed Ben Ncer, a qualifié de  »pionnière » l’expérience marocaine en matière de sauvegarde du patrimoine culturel dans les villes, estimant que ce savoir-faire peut servir de source d’inspiration pour plusieurs pays arabes.

Et d’ajouter que la singularité de l’expérience marocaine puise son fondement dans de multiples considérations, en l’occurrence la richesse et la profondeur de l’histoire du Royaume enrichie grâce au brassage de plusieurs civilisations, ce qui a donné naissance à une architecture et à un tissu urbanistique authentiques et singuliers.

Et de rappeler que la rencontre d’Essaouira a permis de passer en revue une série d’expériences en matière de préservation du Patrimoine aussi bien en Afrique qu’au Moyen Orient, qui reflètent les mêmes soucis à savoir : l’impératif de la sauvegarde et de la valorisation du patrimoine culturel qui, dans la majorité des cas, peut constituer un legs commun, bien qu’il existe plusieurs spécificités intrinsèques à chaque pays.

Après avoir souligné que le Maroc est doté d’une diversité urbanistique et patrimoniale qui fait sa singularité, il a relevé que c’est cette diversité qui fait que les approches au niveau du patrimoine urbanistique en particulier, changent d’une région à l’autre au plan national.

D’autres intervenants issus de pays arabes ont dit leur joie et grande fierté de prendre part à cette rencontre tenue à Essaouira, l’une des cités du Maroc, riche en patrimoine et un espace de brassage des cultures et des civilisations, rappelant que les visites guidées effectuées dans nombre de sites et monuments historiques de cette ville, leur ont permis de constater de visu les efforts accomplis en matière de réhabilitation et de valorisation de ce legs urbanistique ancestral.

Ils ont, en outre, souligné la nécessité d’agir et de renforcer la sensibilisation de la population locale, ainsi que de l’ensemble des intervenants à l’échelle du monde arabe dans le cadre d’une approche participative et concertée car la sauvegarde et la mise en valeur du patrimoine, estiment-ils, relèvent de la responsabilité de tous.

Organisée en partenariat avec le ministère de la Culture et de la Communication (Département de la Culture), ce conclave bénéficie du concours notamment, du ministère des Habous et des Affaires Islamiques, de l’Académie du Royaume du Maroc, de l’Institut National des Sciences de l’Archéologie et du Patrimoine (INSAP), et de l’Association Essaouira-Mogador.

Ce rendez-vous scientifique offre l’opportunité de mettre l’accent sur les questions liées à la préservation et à la mise en valeur du patrimoine des villes dans le monde arabe, ainsi que de leurs tissus historiques.