Une ambiance ramadanesque « exceptionnelle » en temps du Covid-19

Par: Abdelhak YAHYA
El Kelaâ des Sraghna – Si le mois sacré du Ramadan occupe une place très particulière dans les cœurs des habitants d’El Kelaâ des Sraghna, l’avènement, cette année, de ce mois béni, dans un contexte marqué par la pandémie du Covid-19 et la panoplie de mesures préventives prises pour enrayer sa propagation, a totalement métamorphosé cette atmosphère spirituelle, avec une ambiance « exceptionnelle » venue perturber la majorité des traditions que la population locale veillait à revivifier durant cette période de recueillement et de piété.

En effet, nul parmi les habitants d’El Kelaâ des Sraghna ne pouvait imaginer qu’un ennemi « invisible » viendrait, un jour, chambouler, voire annuler la plupart des rituels et traditions propres à ce mois de bénédiction, tels que l’échange de visites entre familles et amis, les réunions familiales élargies autour des tables du Ftour, les sorties entre enfants dans les places pour rencontrer leurs pairs et passer ensemble de bons moments de joie avant la rupture du jeûne.

Cette ambiance ramadanesque a été aussi fortement impactée par le Covid-19, comme en témoigne la fermeture des mosquées où les fidèles serghinis convergeaient en masse pour l’accomplissement des Tarawih, sans oublier les balades dans les artères et les jardins de la ville pour jouir de purs moments de détente et de quiétude et ce, en raison de la conjoncture exceptionnelle induite par la propagation de la pandémie.

Par ailleurs, les habitants d’El Kelaâ des Sraghna ont fait preuve d’un engagement infaillible et d’une interaction positive avec les mesures et dispositifs mis en place dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire, les rues et boulevards de la ville étant désertes en l’absence de la circulation des voitures, des motos et des vélos, ainsi que des piétons.

Ce comportement citoyen traduit le haut degré de prise de conscience de la population de la ville quant aux risques imminents du Covid-19, et son respect strict des directives émises par les autorités publiques : confinement et restriction des déplacements sauf pour les cas d’extrême nécessité.

Dans ce contexte, les autorités locales ont intensifié leurs patrouilles dans les différents quartiers et espaces de la ville, dans le but de garantir la mise en œuvre optimale des mesures de confinement sanitaire et des dispositifs instaurés dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire, et de s’assurer de leur respect par les citoyens.

Ces patrouilles ont également eu pour mission de veiller au respect par les commerces autorisés à ouvrir, en cette conjoncture délicate, des mesures de sécurité sanitaire, de s’assurer de la qualité des produits alimentaires en vente et de surveiller l’état d’approvisionnement du marché local tout au long du mois de Ramadan, qui connaît un grand engouement pour certains produits à forte consommation.

Dans une déclaration à la MAP, Abderrahmane Sousou, acteur associatif et l’un des habitants de la ville, a indiqué que depuis la déclaration de l’état d’urgence sanitaire, le 20 mars dernier, la ville d’El Kelaâ des Sraghna a vécu au rythme d’une ambiance assez exceptionnelle et particulière à tous les niveaux, surtout durant le mois sacré du Ramadan.

Il a expliqué que le respect, par les habitants, du confinement, des mesures de distanciation sociale et la restriction de leurs déplacements ont permis à la ville de mieux s’immuniser contre la propagation de cette pandémie, puisqu’elle est restée, pour la plupart du temps, en zone verte (5 cas confirmés, dont 4 rémissions et un décès).

Et de poursuivre qu’à l’instar des autres villes du Royaume, El Kelaâ des Sraghna a connu la suspension de certaines activités économiques, à l’exception de celles qui assurent au quotidien l’approvisionnement nécessaire des consommateurs en légumes, fruits, viandes et poissons, en plus des épiceries.

M. Sousou a relevé, en outre, que la population locale a vécu un mois de Ramadan 2020 pas comme les autres, avec la fermeture des mosquées et l’absence de cette ambiance des plus spirituelles qui se dégageait des Maisons de Dieu avec les lectures et déclamations quotidiennes du Saint Coran, ainsi que de ces moments de partage et de communion empreints de convivialité et de chaleur humaine autour des tables du ftour.

L’acteur associatif a, d’autre part, souligné que cette période a été marquée par la grande mobilisation des cadres pédagogiques et administratifs locaux pour la réussite de l’opération de l’enseignement à distance, à la faveur des différentes plateformes et des divers canaux de communication mis en place à cette fin: « Teams », « Telmid Tice » et l’application de la messagerie instantanée « WhatsApp », en plus du suivi par les étudiants des cours à distance, diffusés sur certaines chaînes de télévision (Arrabia, Arriyadia, TV Laayoune, Al Oula).

Il a estimé que si la pandémie du Covid-19 a relégué au second plan les us et coutumes ainsi que les rituels propres au mois du Ramadan, cette urgence sanitaire a renforcé davantage les valeurs de solidarité, de citoyenneté et d’entraide sociale qui caractérisent la société serghinie. Des valeurs qui font partie intégrante de l’identité de tous les Marocains.

Dans ce sens, il a noté que le tissu associatif local, conscient des effets négatifs de l’arrêt de plusieurs activités économiques exercées par une large frange de la population, a mené une multitude d’initiatives de solidarité pour venir en aide aux catégories vulnérables et nécessiteuses, ajoutant que les associations ont entrepris une série d’actions solidaires, notamment la distribution de grandes quantités de produits alimentaires de première nécessité au profit des familles démunies. Un acte, a-t-il dit, qui a eu un large écho favorable auprès des bénéficiaires et de l’ensemble de la population.

Et M. Sousou de conclure que les habitants d’El Kelaâ des Sraghna attendent avec impatience de retrouver leur vie d’avant Covid-19 et de reprendre, après la levée du confinement sanitaire, leurs activités quotidiennes de façon très naturelle, tout en appelant la population de la ville à tirer les enseignements de cette période exceptionnelle pour se projeter et prospecter un avenir plus radieux et prospère.

Alors que le mois du Ramadan tire à sa fin, la ville d’El Kelaâ des Sraghna s’apprête à célébrer Aïd Al-Fitr dans le cadre du respect scrupuleux par ses habitants des mesures de sécurité sanitaire décrétées : accomplissement de la prière de l’Aïd chez soi, port des masques de protection et distanciation sociale, le tout doublé de l’absence des visites familiales. Une autre célébration d’une fête religieuse dans une ambiance inhabituelle, imposée par une pandémie qui a fait des ravages à travers le monde.