Appel à accepter la double appartenance des Marocains du Monde

Marrakech- Le président du Conseil de la Communauté Marocaine à l’Etranger (CCME), Driss El Yazami a appelé, samedi à Marrakech, à accepter la double appartenance des Marocains du Monde, qui constitue une richesse pour leurs pays d’accueil et celui d’origine.

« Nous devons apprendre à accepter et à gérer cette double appartenance des Marocains du Monde, qui constitue une richesse pour les pays d’accueil et celui d’origine, et nullement un problème », a souligné M. El Yazami dans une déclaration à M24, la chaine télévisée de l’information en continu de la MAP, en marge d’une soirée de gala organisée dans le cadre de la 4è édition des Trophées Marocains du Monde (TMM).

« Il faut s’adapter aux transformations que connaissent les Marocains du Monde. Ces Marocains, surtout ceux qui sont nés là-bas, appartiennent à deux sociétés : leurs pays d’accueil et leur pays d’origine, le Maroc », a-t-il expliqué.

Dans ce sens, il a insisté sur la nécessité d' »être attentifs et d’écouter les attentes de ces Marocains du Monde, mais aussi de changer les perceptions et les images que nous avons de cette communauté pour renforcer notre partenariat ».

Revenant sur la cérémonie de remise des Trophées Marocains du Monde, M. El Yazami, président du Jury de cette édition, s’est dit « très heureux » et « très fier » de participer à ce rendez-annuel, qui « confirme les transformations que connaissent les Marocains du Monde, notamment l’élévation de leur niveau socio-culturel avec l’émergence de compétences dans tous les domaines ».

« Nous avons honoré des Marocaines et des Marocains dans les domaines de « l’art et culture », « le sport », « la politique », « l’entreprise », « la recherche scientifique » et « la société civile ». Ce sont des femmes et des hommes qui nous honorent, qui sont au service de leur pays de résidence et au service du Maroc, tout en étant déterminés à contribuer à son développement », a-t-il dit.

Dans ce sens, il a salué l’apport de ces Marocains de la diaspora dans le processus du développement socio-économique que connait le Royaume. « Nous avons constaté ces dernières années plusieurs révélateurs de cette contribution, notamment dans l’élaboration du rapport sur le Nouveau Modèle de Développement (NMD). Leur contribution était visible », s’est-t-il félicité, ajoutant que le rapport lui-même a « ouvert des voies pour renforcer cette contribution des Marocains du Monde au développement du Maroc ».

S’agissant des TMM, il a tenu à indiquer que cet événement constitue une opportunité pour mettre sur pied un réseau des MRE, de manière à faciliter les échanges entre eux, à établir et à consolider les liens avec le pays d’origine, et être en mesure d’identifier les attentes des uns et des autres, dans l’optique de créer des projets communs.

Dans le cadre de cette nouvelle édition des TMM, post-Covid-19, six Trophées ont été décernés à Mounir Satouri (eurodéputé écologiste) dans la catégorie « Politique », à Mohamed El Bachiri (co-auteur du livre « Un jihad de l’amour ») dans la catégorie « Société Civile », à Sidi Larbi Cherkaoui (chorégraphe, directeur d’opéra, danseur, acteur, scénographe et compositeur) dans la catégorie « Art et Culture », et à Jalil Benabdellah (patron de SD Tech +micro-poudres fines+) dans la catégorie « Entreprise ».

Des trophées ont été remis aussi à Mme Samira Fafi (diplômée de Doctorat en pharmacie spécialisée/ biologie médicale et d’un Doctorat en sciences à l’Université de Grenoble) dans la catégorie « Recherche Scientifique », et à la jeune prodige Amira Tahri, cinq fois championne du monde de kickboxing, dans la catégorie « Sport ».

La soirée de Gala de cette 4è édition des TMM a été marquée par un vibrant hommage rendu au grand chercheur Moncef Slaoui pour son apport planétaire à la découverte du vaccin contre le coronavirus, et à la chanteuse Neta Elkayam, une icône de la musique judéo-marocaine.