Approbation de la convention relative à la restauration de Ksar Bhar

Safi – Le Conseil communal de Safi, réuni jeudi en session ordinaire au titre du mois de février, a approuvé la convention relative à la fortification de la façade maritime du Ksar Bhar, sa réhabilitation, sa mise à niveau et sa transformation en un centre du patrimoine maritime national.

D’un coût global de 134 millions de DH (MDH), dont 104 MDH dédiés aux études et aux travaux de fortification de la façade maritime du Jorf Amouni et 3 MDH pour les études et les travaux de restauration et de mise à niveau du Ksar Bhar, ce projet vise la réhabilitation, la restauration et la valorisation de ce joyau architectural unique à grande valeur patrimoniale et historique, qui est aujourd’hui menacé d’effondrement.

En vertu de cette convention, le ministère de l’équipement, du transport, de la logistique et de l’eau sera chargé de mener les études et les travaux de fortification et la protection de la façade maritime de Ksar Bhar, alors que le ministère de la culture, de la jeunesse et des sports (Département Culture) sera chargé des études et des travaux de restauration de ce site historique et sa transformation en un Centre de patrimoine maritime national.

S’agissant de la répartition des contributions des différents partenaires, le ministère de l’Intérieur contribue dans ce projet d’envergure avec 30 MDH, le ministère de l’équipement, du transport, de la logistique et de l’eau avec 80 MDH, le ministère de la culture, de la jeunesse et des sports avec 10 MDH, le conseil de la région avec 10 MDH et la commune urbaine de Safi avec 4 MDH.

Ksar Bhar, où se côtoient à la fois, Histoire, Art et architecture militaire caractéristique de l’époque coloniale manuéline, fait face à un processus de dégradation et de transformation dû aux vagues de la mer entraînant la disparition de plusieurs parties du ksar et l’apparition de cavités qui laissent infiltrer l’eau de mer aux autres parties du château.

Cette forteresse, dont les travaux de réalisation furent entamées en 1516 et s’étalèrent jusqu’en 1523, a été édifiée sur 3.900 m2, dans un site stratégique, permettant de contrôler le trafic portuaire et les routes côtières et l’ancien port de la ville (Mrissa Lkdima) ainsi que le trafic commercial dans l’embouchure de l’oued Chaâba.

Les premières fissures dans le Ksar Bhar étaient apparues en 1937, date durant laquelle les houles avaient causé des crevasses dans le rocher d’Amouni, falaise sur laquelle est bâti le château, ce qui a permis à un ingénieur et à des archéologues français de l’époque du Protectorat de conclure que la réalisation du quai du port de Safi en 1930 était la cause principale de ces fissures, notamment la construction de barrières en béton armé (digues) afin de protéger le port contre les vagues et faciliter l’amarrage des navires.

Le Château de mer de Safi fut classé monument historique depuis les années 20 du siècle dernier, rappelle-t-on.