Les compétences marocaines à l’étranger s’associent à la réflexion sur la gestion de la rareté de l’eau

Benguérir (Province de Rehamna)- Des experts marocains d’ici et d’ailleurs se sont réunis vendredi, à l’Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P) de Benguérir, en vue de construire ensemble des propositions de nature à contribuer à l’instauration d’une bonne gouvernance dans la gestion des ressources en eau et la réalisation de la sécurité alimentaire et hydrique au Maroc.

Réunis dans le cadre d’un congrès scientifique initié conjointement par le Conseil de la communauté marocaine à l’étranger (CCME) et l’UM6P, sous le thème « la gouvernance et la gestion de la rareté de l’eau : Défis et priorités », les participants ont plaidé en faveur de l’implication des compétences marocaines établies à l’étranger dans les débats publics relatifs aux grandes questions et préoccupations des citoyens et de les intégrer dans tous les chantiers de développement.

Les intervenants, dont des responsables marocains, chercheurs et experts dans des organisations régionales et internationales concernées par l’eau, les changements climatiques et les énergies renouvelables, ont aussi appelé à tirer profit de l’expertise des compétences marocaines de l’étranger, qui sont en mesure de proposer des solutions innovantes à la problématique de la rareté de l’eau.

Intervenant à la cérémonie d’ouverture de cette rencontre, le secrétaire général du CCME, M. Abdellah Boussouf, a indiqué que cette rencontre s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des Hautes Orientations Royales contenues dans le discours de la Fête de la Révolution du Roi et du Peuple relatives à l’accompagnement des compétences et des talents marocains à l’étranger et d’appuyer leurs initiatives et leurs projets ainsi que dans le cadre de l’interaction avec les Hautes Orientations Royales concernant le traitement de la problématique de l’eau et la lutte contre le stress hydrique structurel que connait notre pays.

Dans ce cadre, M. Boussouf a mis l’accent sur l’importance de la création d’une agence dédiée aux compétences marocaines établies à l’étranger, dans le but de tirer profit de leurs expertises conformément aux recommandations de la Commission spéciale sur le Nouveau modèle de développement.

De son côté, le président de l’UM6P, M. Hicham El Habti, a relevé que le Maroc accorde une grande attention à la question de la gestion de la rareté de l’eau conformément aux Hautes Orientations Royales, indiquant que cet établissement d’enseignement supérieur a dès son ouverture, œuvré à tirer profit des compétences marocaines établies à l’étranger, qui représentent 70% du corps professoral de cette université.

Dans ce contexte, il a souligné que l’UM6P met la recherche et l’innovation au centre de sa stratégie notamment dans les domaines prioritaires tels que la gestion de l’eau, en témoigne la création l’Institut international de recherche en eau (IWRI), qui met en œuvre des programmes inter- et transdisciplinaire autour des enjeux liés à l’Eau et au Climat, au sein du campus de l’UM6P.

Le gouverneur de la province de Rehamna, M. Aziz Bouignane, a pour sa part, salué l’initiative de l’organisation de cette rencontre, qui intervient juste après les Hautes Orientations Royales contenues dans le Discours de SM le Roi Mohammed VI à l’ouverture de la session d’autonome du Parlement, relevant que la gestion de la rareté de l’eau au Royaume passe par la promotion de l’innovation et la recherche scientifique.

Dans ce contexte, M. Aziz Bouignane a mis l’accent sur la nécessité de trouver des solutions adaptées aux territoires et prenant en considération leurs spécificités.

Dans une déclaration à M24, la chaine télévisée de l’info en continu, M. Abdelghani Chehbouni, directeur de l’Institut international de la recherche en eau relevant de l’UM6P, a noté que la gestion de la rareté de l’eau au Maroc passe par l’augmentation du volume d’eau provenant du dessalement d’eau de mer, et ce, en promouvant l’innovation pour la réduction du coût énergétique de cette technique, le traitement des eaux usées et leur réutilisation pour l’irrigation, la rationalisation de l’irrigation, qui consomme 87% de nos ressources hydriques et le développement de techniques basées sur la télédétection spatiale et l’intelligence artificielle.

Les participants à ce congrès scientifique débattent de thématiques se rapportant notamment aux « Politiques de développement et les ressources hydriques », « la gouvernance de l’eau », « l’utilisation des techniques non conventionnelles », « la souveraineté hydrique et la sécurité alimentaire » et « la contribution des compétences marocaines à l’étranger dans les domaines de l’eau, les changements climatiques et la lutte contre le stress hydrique au Maroc ».