Clap de fin pour la 14è édition du Festival national de Chichaoua

Chichaoua- La 14ème édition du Festival national de Chichaoua, un événement de haute facture destiné à mettre en valeur la richesse, la diversité et la sécularité du patrimoine matériel et immatériel national, a pris fin dimanche soir, avec la programmation d’une soirée musicale éclectique et inoubliable.

Après quatre jours riches en activités et une programmation dense soigneusement concoctée de manière à assurer une véritable immersion au coeur du patrimoine emblématique et où, plusieurs styles musicaux ont été à l’honneur, les festivaliers ont eu le privilège, encore une fois, de venir nombreux à cette soirée, qui a tenu toutes ses promesses, le temps de saluer leurs stars préférées et de partager avec elles des moments de joie et de liesse, dans une ambiance festive et bon enfant.

Pour célébrer l’art folklorique et le placer sous les feux des projecteurs, le choix pour cette soirée de clôture a porté sur la troupe de « Tisskiouine » qui, dans un show époustouflant et magique et grâce à ses danses et rythmes synchronisés, a emporté le public présent dans un périple passionnant à la découverte de cet art ancestral, avant de céder la place sur scène à la troupe de « Houmada » et ce, pour le plaisir et le bonheur de ses férus.

Et la belle aventure musicale a continué dans l’effervescence et une ambiance déchainée après la montée sur scène du jeune et talentueux chanteur, Badr Amir qui, grâce à sa présence pesante et son look 100% nouvelle génération, a su créer de l’ambiance et une symbiose si singulière avec le public, en interprétant collectivement une série de chansons Rai et populaires des plus connues et appréciées, genre : « Sahab El Baroud », « Moul El Koutchi »…etc.

Et ce n’est nullement fini puisqu’au bout d’une belle prestation musicale exécutée, avec brio, sous une salve d’acclamations interrompues du public, Badr Amir a eu droit à un beau moment de retrouvaille avec ses fans, avant de céder place sur scène, le temps de permettre une montée triomphale de la toute emblématique et légendaire troupe « Oudaden », qui a marqué, depuis sa création il y a plusieurs décennies, du sceau de la « beauté » et de « la singularité », la chanson amazighe.

Hautement talentueux et des plus appréciés du public, le groupe Oudaden sur fond de notes et de sonorités du « Banjo » de l’un de ses fondateurs, a puisé dans son répertoire riche et varié, le temps d’interpréter, avec professionnalisme avéré, une série de ses chansons parmi les plus célèbres, à l’instar de « Dif Allah », « Imnaa Lfriaq » entre autres.

Et pour clore cette soirée en beauté, les festivaliers ont été conviés à accueillir chaleureusement, l’une des icônes les plus appréciées de la chanson populaire à savoir : Said Senhaji, qui n’a pas trouvé mieux pour enchanter son public, dans une générosité inouïe, que de sélectionner le meilleur de ce qu’il possède de son répertoire musical riche en chansons des plus aimées et connues, et de les interpréter pour le bonheur et le grand plaisir des festivaliers présents.

Dans une déclaration à M24, la chaîne télévisée de l’information en continu de la MAP, Badr Amir s’est dit très honoré de sa participation à cette 14è édition du Festival national de Chichaoua qu’il n’a pas hésité à qualifier d’un grand succès.

Tout en mettant en avant l’interaction du public présent et son goût raffiné, il a fait part de ses remerciements à l’ensemble des organisateurs et partenaires de cet événement phare.

Dans une déclaration similaire, M. Jaouad Ahel Sahab, président du Forum de Chichaoua pour la Culture et les Arts, organisateur du Festival, a loué, quant à lui, les efforts inlassables menés par l’ensemble des intervenants pour que cette nouvelle édition puisse se tenir dans d’excellentes conditions, notant que ce Festival a permis à la ville de Chichaoua de retrouver son lustre culturel et artistique d’antan surtout, après près de trois ans de rupture en raison de la crise pandémique de la Covid-19.

Dans la foulée, il a mis en relief la participation distinguée de nombre d’artistes parmi les plus connus et célèbres à l’échelle nationale, rappelant que l’un des moments forts de cette édition a été la programmation, tout au long du Festival, de spectacles de fantasia offerts par plus de 520 cavaliers.

Et de préciser en guise de conclusion qu’entre 40 mille et 50 mille festivaliers parmi les habitants et les visiteurs de Chichaoua ont été présents à cet événement de haute facture.

Initié sous le thème « Chichaoua : mémoire et diversité, ouverture et continuité »‘, par le Forum de Chichaoua pour la Culture et les Arts, en partenariat avec le Conseil communal de la ville, ce Festival a bénéficié du concours du ministère de la culture, du ministère de l’intérieur, du Conseil de la Région Marrakech- Safi et du Conseil provincial.

Au menu figuraient des spectacles de fantasia, avec la participation de troupes de la province et d’autres régions du Maroc, et des troupes folkloriques locales, entre autres, « Ahouach », « Houmada », « Tisskiouine », « Lahrarcha », « Al Ghita », outre une campagne de don de sang, et un tournoi amical en Pétanque.

Les festivaliers ont été aussi au rendez-vous avec des soirées musicales animées par des icônes de la musique marocaine « populaire », « hassanie », « amazighe », et celle de jeunes, à l’instar de « Oualid Errahmani », « Zahira Rbatiya », « Saïda Charaf », « Badr Amir », le groupe « Oudadden », et « Said Senhaji ».