Clôture en apothéose du Festival national de l’art d’El Aita

Safi – Le rideau est tombé dimanche soir à Safi, sur la 21ème édition du Festival national de l’art d’El Aita, après trois jours riches et denses en activités ayant associé dimension spectaculaire et festive et celle académique, dans le but de célébrer, comme il se doit, El Aîta comme composante fondamentale de culture orale marocaine.

Placée sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, cette édition organisée par le ministère de la Jeunesse, de la Culture et de la Communication, en partenariat avec la préfecture de la province de Safi, a rendu un incandescent hommage à Fatima Moujad, et à Abderrahim El Jibili, deux icônes incontestée de cet art et ce, en signe de reconnaissance des efforts et sacrifices consentis pour la pérennisation et la valorisation de cet art authentique et singulier.

Selon les organisateurs, cette manifestation s’inscrit dans le cadre des rendez-vous culturels et artistiques mis sur pied par le ministère pour la valorisation du patrimoine civilisationnel national et la préservation de la mémoire artistique collective.

Cette édition a été conçue de manière à mettre en relief les divers rythmes et sonorités de l’art d’El Aïta en tant qu’expression identitaire aux multiples affluents, qui puise sa référence et son authenticité dans le patrimoine local marocain.

Les multiples activités programmées lors de ce festival ont donc permis de mettre en avant les rythmes de cet art ancestral qui reflète la richesse de la culture marocaine, avec ses divers affluents civilisationnels et humains.

Riche en couleurs, rythmes, chants et sonorités, la soirée de clôture de ce Festival a été 100% Safiote, le temps de permettre aux festivaliers de renouer avec leurs chanteurs préférés, à l’instar de « Siham El Messfiouia », « Larbi Lechhab », « Khout Laalam », et « Andalib Abda » qui ont puisé dans leur répertoire musical riche et varié, sans omettre d’interpréter aussi un florilège de chansons de la musique populaire des plus célèbres chez un large public.

M. Said Lakabi, du comité d’organisation de cette 21è édition et président de l’Association « les Amis de Thor Heyerdahl », a fait savoir que cet événement a été organisé après le retour catégorie à la vie normal, suite à la crise pandémique liée à la Covid-19, faisant part de sa fierté de voir que ce festival ambitionne de rendre hommage à l’identité de la ville de Safi et à célébrer les icônes incontestées de l’art d’El Aita.

Et de poursuivre que cette nouvelle édition a été rehaussée par la participation de grandes stars de la musique chaâbie, à l’image de « Hajib », « Settati », et « Mahfoudi », rappelant que l’un des moments forts de ce festival a été l’organisation d’un colloque dédié à l’art d’El Aita.

Ont pris part à cette édition quelque 24 troupes issues de différentes régions du Royaume et représentant les divers styles musicaux de cet art (Hasbaoui, Haouzi, Zaâri, Marsaoui, Mellali et Jebli), outre des soirées animées.

La place Moulay Youssef au coeur de la Cité de l’Océan a abrité des spectacles traditionnels des plus envoutants offerts, entre autres, par les artistes et troupes de « Ouled Sbaamia », « Nojoum Labhalil », « Ayoub El Abdi » et « Settati ».

Cette manifestation a été aussi marquée par l’organisation d’un Colloque autour de la thématique : « l’Art d’El Aïta, entre l’affluent local et le commun universel ».

Parallèlement, les festivaliers ont été au rendez-vous avec une exposition collective d’art plastique, ainsi que des expositions dédiées aux photos de figures auxquelles le festival a rendu hommage au fil des éditions précédentes, ainsi qu’aux instruments de musique de l’art d’El Aïta et ce, en partenariat avec l’Association pour la Culture et l’art « Horizon Art ».