Covid/Sécurité: La police à pied d’oeuvre en cette fin d’année

Par : Samir LOTFY
Marrakech – Face à une circonstance exceptionnelle toujours marquée par la persistance de la propagation de la Covid-19 et ses variants et l’avènement du nouvel an 2022, les services de police à travers l’ensemble du Royaume comme au niveau de Marrakech, sont à pied d’oeuvre pour s’acquitter au mieux de leurs missions nobles de sécurisation et de maintien de la paix, en faisant montre d’un degré élevé de vigilance, de présence physique et d’engagement.

C’est dans ce sens, que les services de police de la Cité ocre, toutes spécialités confondues, avec plein de dévouement, d’abnégation et de négation de soi, n’ont pas lésiné sur les moyens pour être en mesure d’imposer, comme il se doit, le respect scrupuleux des lois et des mesures réglementaires en vigueur et ce, dans un seul souci : continuer à préserver les acquis réalisés par le Maroc en matière de lutte contre le nouveau coronavirus, et assurer la prévention et la sécurité des citoyens et de leurs biens et ce, malgré l’annulation et l’interdiction de tout genre de manifestations et fêtes marquant le passage au nouvel an, et l’adoption d’un couvre-feu nocturne à partir de minuit dans la soirée du 31 décembre.

En effet, un tel engagement des services de police, à l’instar de ce qui se fait à l’échelle nationale, n’est pas « exceptionnel » ou lié à cette conjoncture particulière, mais relève des tâches « quotidiennes et continuelles », voire même « routinières » de l’ensemble des cadres et fonctionnaires de police, qui ne cessent de consentir tant de sacrifices avec sens élevé de responsabilité et de civisme, au service du bien-être du citoyen et de la préservation du sentiment de sécurité, de la quiétude et de la stabilité du Royaume, sous la conduite clairvoyante de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, fidèles en cela aux sacralités du Maroc et à la triptyque « Dieu, la Patrie, le Roi ».

Pour plus d’efficacité et de célérité en cas d’intervention, les services de police de Marrakech, dans le cadre de la mise en oeuvre des directives et des orientations de la Direction Générale de la Sûreté Nationale (DGSN) a élaboré, avec pragmatisme et professionnalisme, une stratégie sécuritaire intégrée, basée sur la proximité et la proactivité, dans l’optique de mieux encadrer l’ensemble du territoire de la ville, via une présence policière renforcée et effective, notamment dans les zones névralgiques et les sites stratégiques, sans toutefois, omettre les opérations de sécurisation de terrain menées dans différents quartiers de la ville.

Il s’agit de même, en cette fin d’année, de veiller scrupuleusement au respect des mesures décrétées le 20 décembre par le gouvernement, spécialement pour la nuit du nouvel an, à savoir « l’interdiction de toutes les célébrations du nouvel an », « l’interdiction d’organiser des soirées et programmes spéciaux dans les hôtels, restaurants et établissements touristiques », « la fermeture des restaurants et des cafés à 23h30 », et « le couvre-feu nocturne dans la nuit du nouvel an de 00h00 à 06h00 ».

Une tournée nocturne effectuée par une équipe de M24, la chaine de télévision de l’information en continu de la MAP, à travers différents boulevards et sites stratégiques de la cité ocre, à l’instar de l’Avenue Mohammed VI, la zone d’Agdal, la mythique Place de Jemâa El Fna, le boulevard Mohammed V et les grandes artères…, a permis de constater de visu la mise en place d’un véritable dispositif sécuritaire, avec la mobilisation par la DGSN de grands moyens humains et logistiques.

Dans ce sens, moult barrages judiciaires et points de contrôle ont été installés dans différents coins de la ville, avec renforcement de ceux déjà existants au niveau des entrées de Marrakech, outre la mobilisation de différentes brigades pour veiller méticuleusement à la préservation de la sécurité des personnes et des biens et au respect des mesures sanitaires préventives visant à endiguer la propagation de la pandémie du nouveau coronavirus.

Une vigilance et un engagement sans faille, déjà à leur paroxysme chez ces « héros du devoir national » placés en première ligne du combat contre la Covid-19 depuis son déclenchement en mars 2020, et devant passer à la vitesse supérieure en cette circonstance exceptionnelle. Un sacrifice « hors pair » consenti par ces hommes en « bleu nuit » et en civil qui, défiant des conditions climatiques hivernales peu clémentes et encourant le risque d’être atteints par le virus, n’hésitent nullement à faire appel à leur ingéniosité et dextérité pour affronter tous les risques et dangers.

Tout au long du trajet traversé par l’équipe de tournage de M24 en cette soirée glaciale du 31 décembre, la présence policière est nettement visible et la vigilance est un reflexe tout naturel chez l’ensemble des fonctionnaires de police, mobilisés au niveau des barrages judiciaires, des points de contrôle et ceux mobiles et statiques, avec une prédisposition inouïe à faire face à toutes les éventualités et à intervenir, le cas échéant, pour préserver la sécurité et l’ordre public et rappeler aux récalcitrants l’obligation d’observer les lois en vigueur.

Loin de toute « improvisation » ou « hasardisme », chaque élément de la police veille, au peigne fin, à appliquer à la lettre les consignes reçues, et à exécuter ses tâches, sous la supervision directe du Préfet de Police de Marrakech et le contrôle effectif d’un groupe d’officiers supérieurs de la DGSN mobilisés pour la circonstance, dans le seul souci d’assurer un passage fluide au nouvel an, et de maintenir en permanence une équation si « fragile » entre l’obligation d’assurer le respect des lois en vigueur, de lutter contre tout dépassement et de préserver les droits et les libertés des citoyens.

Un effort colossal illustré dans les faits par des missions si nobles et combien empreintes de civisme, de patriotisme voire même, d’humanisme au service de la sécurité et de la stabilité du Royaume dans un monde actuellement fracturé, ce qui ne peut que susciter forte admiration, grand respect et profonde reconnaissance des citoyens, fiers en cela de disposer d’une institution policière « compétente » pour relever les défis actuels et futurs, au diapason des évolutions et combien même « civique » et « citoyenne ».

« A l’occasion du nouvel an 2022, la préfecture de police de Marrakech a mis en place une stratégie sécuritaire basée sur les instructions du Directeur Général de la Sûreté Nationale, afin que le passage au nouvel an puisse se dérouler dans d’excellentes conditions », a déclaré à M24, le Commissaire Principal, Chef du Service Préfectoral de la Police Judiciaire (SPPJ) à Marrakech, M. Anouar Zouine.

Cette stratégie, a expliqué M. Zouine, repose, conformément au plan d’action basé sur les orientations du préfet de police de Marrakech, sur l’implication effective et l’engagement sur le terrain dans l’opération sécuritaire, des différentes composantes de la police (sécurité publique, police judiciaire, police de circulation….), notant que la finalité est de préserver la sécurité et de veiller à la mise en application stricte des mesures appropriées, que ce soit en termes de prévention contre le crime et, le cas échéant, sa répression conformément à la loi en vigueur.

Et M. Zouine de poursuivre que la ville de Marrakech en tant que destination touristique phare connaitra une affluence remarquable de visiteurs en provenance de plusieurs villes du Royaume, ce qui nécessitera de veiller scrupuleusement au respect des mesures sécuritaires, notamment face à la décision des pouvoirs publics, dans le cadre de la lutte contre la propagation du nouveau coronavirus, décrétant la fermeture des commerces, cafés et restaurants à 23h30, suivie d’un couvre-feu nocturne à partir de minuit de cette soirée du 31 décembre et jusqu’au 06H00.

La police judiciaire en tant que partie intégrante de la police à Marrakech oeuvre sans relâche, via ses différentes composantes (brigade anti-criminalité, brigade cynotechnique, brigade antigangs, brigades spécialisées….), à travers une présence physique « effective » et « renforcée » sur les lieux publics, afin de concrétiser dans les faits cette stratégie sécuritaire, fondée sur l’efficacité, la célérité et le pragmatisme, de manière à garantir la prévention contre le crime et à lutter contre toute forme de délinquance, a-t-il conclu.