Des experts en faveur d’un front uni contre les changements climatiques

Marrakech – Des experts nationaux et internationaux réunis, vendredi à Marrakech, dans le cadre du 3è Congrès International des Changements Climatiques (CI2C_2022), ont souligné l’importance de former un front uni pour faire face aux changements climatiques.

Lors de la séance inaugurale de cet événement scientifique de deux jours, des experts issus de plusieurs pays (Allemagne, Belgique, Canada, Egypte, Emirats-Arabes Unis, USA, France, Grande-Bretagne, Niger, Tunisie, Maroc…) ont plaidé en faveur du renforcement de la coopération internationale en matière de lutte contre les changements climatiques, afin de réduire la vulnérabilité des populations face aux risques et désastres climatiques.

Organisé sous le thème « Changements climatiques : Entre risques, vulnérabilité et résilience des territoires », par le Centre International de Recherche et Renforcement de Capacités (CI2RC), la Fondation Friedrich Naumann, l’École Supérieure de Technologie (EST) Essaouira relevant de l’Université Cadi Ayyad, ce Conclave a pour objectif de mettre à jour les connaissances et perceptions des changements environnementaux en général, et climatiques en particulier, tels que causés par les modèles de développement dominants.

Il se propose de même de discuter des enjeux de ces changements globaux en termes de ressources, de biodiversité, de sécurité humaine, de stratégies, de lois, de mode de gouvernance, tout en mettant l’accent sur les opportunités d’investissement et de leadership à mettre en œuvre pour y faire face à court, moyen et long termes.

Évoquant le thème de cette rencontre, le Secrétaire Général du ministère de l’Energie, des Mines et de l’Environnement, M. Mohamed Benyahya, a indiqué que le Nouveau Modèle de Développement (NMD) reconnait aux territoires un rôle central dans la transition vers la durabilité, soulignant que c’est au niveau des territoires que les politiques qu’elles soient d’atténuation ou d’adaptation aux changements climatiques, se déclinent.

« Au Maroc, des efforts importants sont déployés pour lutter contre les changements climatiques, notamment à travers l’adoption de Contributions déterminées au niveau national (NDC) fondamentalement territorialisées », a-t-il relevé, rappelant que dix régions du Royaume sont déjà dotées de Plans climat territoriaux qui intègrent des mesures climatiques dans leurs Programmes de développement régional (PDR).

« Cette rencontre vise à mobiliser un large éventail de participants (chercheurs, experts, décideurs, organisations internationales, acteurs du secteur privé, acteurs de la société civile, etc.), dans l’optique de partager les résultats de recherche, de présenter les expériences pertinentes et d’explorer les possibilités de réseautage et de collaboration », a souligné, quant à elle, Mme Khouloud Kahime, présidente du Centre International de Recherche et Renforcement de Capacités (CI2RC) dans une allocution à l’ouverture des travaux de ce Congrès.

Mme Kahime, a relevé que la finalité étant de former un front uni pour lutter contre le changement climatique, l’un des problèmes internationaux les plus importants dont les implications affectent fortement la sécurité, les moyens durables de subsistance, la sûreté de l’eau et de l’alimentation, la biodiversité ainsi que la santé.

Pour sa part, le Directeur de la Fondation Friedrich Naumann pour la Liberté au Maroc, M. Sebastian Vagt, a indiqué que ce congrès « rassemble des représentants de la politique, de l’économie et de l’académie, permettant un réseautage qui crée la base pour l’innovation technologique, psychologique et politique, qui est nécessaire pour faire face à ce défi énorme ».

Affirmant que le réchauffement climatique est « un défi qui nous concerne tous sur cette planète », M. Vagt a souligné que la Fondation Friedrich Naumann croit qu’au-delà des pays et des grandes sociétés, chaque individu, chaque province et chaque ville doit contribuer sa part à la lutte contre les changements climatiques en tant que communauté humaine.

De son côté, le président de l’Université Cadi Ayyad (UCA), My El Hassan Hbid, a fait savoir que l’événement scientifique est « une occasion pour nous de repenser la question de la durabilité, de repenser l’écologique et l’environnemental, et bien entendu de repenser également l’ensemble des actions humaines et culturelles qui agissent sur les écosystèmes dans lesquels nous vivons ».

Notant que la question des changements climatiques est une problématique universelle et engage les pays du globe à accélérer la mise en œuvre d’actions, à même de limiter les dégâts de dérèglements qui se produisent simultanément et dont la plupart s’avèrent plus graves que ce qui a été prévu dans les observations antérieures, M. Hbid a estimé que l’échange des avancées scientifiques dans cette thématique environnementale, l’analyse, les débats et les échanges d’aujourd’hui qui s’inscrivent dans une dynamique d’action et de sensibilisation planétaires, contribueront sûrement à l’objectif de relever les défis des pays en matière de préservation de ressources naturelles contre la pollution, l’altération et la déperdition.

Lors de cette rencontre, les experts nationaux et internationaux animeront une série de tables rondes portant sur moult thématiques en rapport avec « Changements climatiques : Quelles réponses aux enjeux ? », « Eaux et Énergies : Quelles contraintes et stratégies pour lutter contre le changement climatique ? « , « Agriculture et Sécurité alimentaire : Quels enjeux de décarbonation et d’adaptation », « Changement climatique : quels challenges liés à l’inclusion du genre de l’éducation et de la formation », « Gestion territoriale et changements climatiques : vers une meilleure résilience et une vraie Durabilité » et « Changement climatique et Écosystèmes : entre vulnérabilité, résilience et adaptation ».

Au menu de cette rencontre, figurent également dix-sept sessions réservées aux Doctorants en rapport, entre autres, avec les « Changements climatiques : entre modèles et prévisions ? « , « Changements climatiques : risques et impacts », « Eaux et changements climatiques : contraintes et urgence de solution », « Agriculture et changements climatiques : de l’impact à l’adaptation », « Changements climatiques : risques et impacts », « Eaux et changements climatiques : contraintes et urgence de solution », « Agriculture et changements climatiques : de l’impact à l’adaptation », « les forêts : entre enjeux de conservation et d’atténuation », ainsi qu’avec l »Impact des changements globaux sur la santé humaine ».