Exposition à Marrakech en hommage à la philanthrope américaine Patti Birch

 Marrakech, 01/11/2018 (MAP), La Fondation nationale des Musées (FNM) organise à Dar El Bacha-Musée des Confluences à Marrakech une exposition en hommage à Patti Birch, une philanthrope américaine et citoyenne du monde, dont l’expérience a enrichi la scène culturelle de Marrakech.

Cette exposition, dont le vernissage a eu lieu jeudi soir, en présence notamment du ministre du Tourisme, du Transport aérien, de l’Artisanat et de l’Economie sociale et solidaire, Mohamed Sajid, du président de l’Institut du monde arabe (IMA), Jack Lang et du président de la FNM, Mehdi Qotbi, se compose de près de 200 objets issus de la collection que Patti Birch a constituée à travers ses voyages pendant des décennies jusqu’à son décès en 2007.

Organisée sous le thème « Voyages de Patti Birch : Passions et collections », cette exposition se décline en six sections à savoir « Introduction », « Morceaux choisis de l’Art islamique », « l’Art asiatique », « l’Art précolombien », « Regards sur le patrimoine judéo-marocain » et « l’Art africain ».

L’exposition est également enrichie d’une collection d’objets provenant des autres musées du Maroc et d’une donation de M. Khalid El Gharib.

« C’est une fierté d’avoir valorisé ces objets d’art marocains », a souligné M. Sajid dans une déclaration à la presse.

Et de faire observer que Dar El Bacha-Musée des Confluences est un joyau architectural qui vient d’être restauré ces dernières années grâce à la Haute Sollicitude de SM le Roi Mohammed VI, qui a insufflé une nouvelle dynamique aux villes impériales et à leurs monuments.

Le Souverain a aussi valorisé les métiers artisanaux, ce qui a permis à l’artisanat de prospérer et au tourisme de connaitre un grand essor grâce à ce patrimoine mis en valeur dans ce genre de musées, qui font découvrir aux touristes notre culture et notre civilisation, a-t-il ajouté.

« C’est un très beau musée et une exposition brillante, qui reflète l’extraordinaire richesse de la culture marocaine », a souligné M. Lang dans une déclaration similaire.

« Ce qui me touche aussi c’est que les responsables de ce musée ont placé à sa porte d’entrée le préambule de la constitution marocaine », s’est-il réjoui, relevant qu’à travers ce préambule, le peuple marocain revendique l’apport des différents héritages et affluents (africain, musulman, arabe, hébraïque, méditerranéen) qui ont nourrit l’identité marocaine.

« Ce préambule est une apologie de la diversité et un hymne aux métissages », a-t-il insisté.

« Cette exposition est un hommage à une dame qui aimait le Maroc et qui a fait don de 1 million de dollars pour restaurer le minbar de la koutoubia et il nous a légué 1.500 objets, qui sont aujourd’hui le fond de ce musée », a affirmé de son côté M. Qotbi.

« Je suis heureux que Dar El Bacha-Musée des Confluences soit restauré avec de l’argent privé », a-t-il ajouté, relevant la Haute sollicitude de SM le Roi Mohammed VI, qui avait effectué une visite pour s’enquérir de l’état d’avancement des travaux de ce musée, laquelle visite a été un encouragement pour que tous les membres de la FNM, « travaillent avec le cœur ».

Née en 1923 à New York, Patti Cadby Birch a intégré le domaine artistique et muséal dès sa jeunesse en travaillant comme conservateur dans le département d’Art islamique au Metropolitan Museum of Art (Met) à New York.

C’est dans ce cadre qu’elle a effectué pendant les années soixante une campagne de restauration pendant laquelle elle a restauré le minbar de la Koutoubia actuellement exposé au Palais Badii à Marrakech.

Elle s’est par la suite intéressée à Dar El Bacha dans lequel elle voulait créer un musée des Arts constitué de collections à caractère universel d’une valeur anthropologique incontestable, dont une partie est présentée dans le cadre de cette exposition.

Situé au cœur de l’ancienne médina de Marrakech, Dar El Bacha est une demeure seigneuriale datant du début du 20è siècle dont l’architecture marocaine illustre à la fois le savoir-faire des artisans marocains et les éléments décoratifs inspirés d’Europe, notamment d’Italie.

Le bâtiment a été récupéré en 2015 par la FNM, qui a immédiatement entreprit sa restauration pour en faire un musée des confluences, qui aura la mission de témoigner de la richesse de la culture marocaine et ses multiples composantes.