Journée sur le Programme de surveillance de la qualité de l’air

Marrakech – La mise en œuvre du Programme national de surveillance de la qualité de l’air au niveau de la région Marrakech-Safi, a été au centre d’une journée d’étude organisée, vendredi à Marrakech, à l’initiative de la Direction Régionale de l’Environnement et ce, dans le cadre de la célébration de la Journée mondiale de l’environnement.

Initiée en partenariat avec la wilaya de la région Marrakech-Safi et avec l’appui du Laboratoire National des Etudes et de Surveillance de la Pollution, cette rencontre avait pour objectifs d’informer et de sensibiliser les acteurs territoriaux aux enjeux environnementaux liés à la pollution de l’air, présenter les objectifs et les composantes du Programme national de surveillance de la qualité de l’air, et d’identifier les mécanismes approuvés pour sa mise en œuvre au niveau de la région.

La journée d’étude visait également à jeter la lumière sur les efforts déployés par les parties concernées en vue de lutter contre la pollution de l’air, notamment l’état d’avancement des projets liés au développement et au renforcement du réseau de surveillance de la qualité de l’air dans le cadre de la convention de partenariat et de financement du programme de valorisation de l’ancienne Médina de Marrakech (2018-2022).

Elle se proposait de même, de mettre en exergue les mécanismes de gouvernance adoptés pour la gestion du réseau régional de surveillance de la qualité de l’air et les mesures à prendre pour lutter contre les facteurs de pollution de l’air.

Dans une allocution de circonstance, le wali de la région Marrakech-Safi, gouverneur de la préfecture de Marrakech, M. Karim Kassi-Lahlou, a souligné l’intérêt particulier accordé au secteur de l’environnement notamment, par Sa Majesté le Roi Mohammed VI, en raison de son lien direct avec tous les secteurs sociaux et économiques, ainsi que son impact sur le développement humain, mettant en exergue l’expérience cumulée par le Royaume dans le domaine environnemental, qui lui a permis de développer un arsenal juridique important et diversifié pour préserver l’environnement, accompagné ces dernières années, d’une panoplie de textes d’application afin de réaliser le développement durable escompté.

Dans ce sens, il a relevé que la célébration de la Journée mondiale de l’environnement, placée cette année sous le thème « Restaurer les écosystèmes », constitue une opportunité pour promouvoir un comportement responsable des individus et des entreprises, afin de préserver l’environnement, ainsi que pour mettre en relief les efforts déployés pour lutter contre la pollution de l’air au niveau de la région, à travers les mécanismes de gouvernance adoptés pour gérer le réseau régional de surveillance de la qualité de l’air et gagner les enjeux du développement durable dans cette partie du territoire national.

Pour sa part, le Directeur Régional de l’Environnement à Marrakech-Safi, M. Noureddine Brine, a indiqué que cette rencontre s’inscrit dans le cadre des efforts déployés pour renforcer le réseau de surveillance de la qualité de l’air au niveau national, et assurer sa mise en œuvre au niveau de la région, soulignant l’importance de l’implication de toutes les parties concernées dans ce programme lié à la protection et à la gestion de l’environnement, notamment l’aspect relatif à la qualité de l’air et la lutte contre la pollution atmosphérique.

Rappelant que le Maroc a initié un vaste chantier pour mettre en place 140 stations de contrôle de la qualité de l’air dans toutes les villes de plus de 200.000 habitants, M. Brine a relevé que la région Marrakech-Safi, qui dispose actuellement de neuf stations de mesure de la qualité de l’air, devrait disposer de 15 stations d’ici 2030.

De son côté, le Directeur du Laboratoire National des Etudes et de Surveillance de la Pollution, M. Mohamed El Bouch, a indiqué que le Maroc a mobilisé 370 millions de dirhams pour mettre en place les 140 stations de contrôle de la qualité de l’air, des stations fixes qui assurent une surveillance quotidienne de la qualité de l’air, à travers des informations et des données collectées dans une base de données et fournies aux collectivités locales pour prendre les mesures nécessaires en vue de faire face à la pollution de l’environnement.