Journée sur la protection du droit d’auteur dans la presse électronique

Marrakech- « La protection du droit d’auteur dans la presse électronique : entre approche juridique et déontologique », a été le thème d’une journée d’étude organisée, récemment dans la cité ocre, par la direction régionale Marrakech-Safi du ministère de la Culture et de la Communication (Département de la Communication).

Initiée en partenariat avec la Chambre d’Industrie, de Commerce et de Services de la région dans le cadre de la célébration de la journée mondiale de la liberté de la presse et de la journée mondiale du livre et du droit d’auteur, cette rencontre avait pour objectif d’approfondir la réflexion autour des moyens efficients pour la préservation du droit d’auteur.

En d’autre termes, il s’agissait de mettre l’accent sur l’importance que représente cette protection en ce qui concerne les droits intellectuels, moraux et matériels du journaliste professionnel et du journal électronique, l’amélioration et la diversification des contenus médiatiques de manière à refléter une véritable pluralité des courants de pensée et d’opinion.

A cette occasion, le directeur régional du département de la Communication au niveau de la région de Marrakech-Safi, Abdelmajid Abada, a indiqué que la presse électronique a ouvert de nouveaux horizons pour l’expression et l’échange d’informations, ajoutant qu’elle a aussi servi de valeur ajoutée qualitative et représenté une révolution dans le monde de l’édition, vu la rapidité et la célérité qui caractérisent ces supports médiatiques dans la transmission et la diffusion des informations.

Il a, par ailleurs, relevé que la presse électronique et ses dysfonctionnements soulèvent une série d’interrogations, notamment celles ayant trait au non-respect des droits de l’édition et de la propriété intellectuelle, ce qui a poussé plusieurs voix à monter au créneau et à plaider en faveur de l’application stricte de la loi pour mettre un terme aux différentes violations de ces droits et de la sanction de tout contrevenant.

Il a aussi estimé que le chantier de la mise à niveau de la presse électronique est ouvert à plusieurs niveaux, notant que cette œuvre s’annonce difficile eu égard aux défis à relever dans ce domaine, notamment ceux se rapportant au modèle économique et à la situation financière vulnérable de l’entreprise journalistique, au contenu, à la déontologie de la profession et au respect du droit d’auteur dans un contexte marqué par une évolution technologique rapide.

De son côté, le professeur et journaliste Abdelmajid El Kabbas a précisé que la problématique de la propriété intellectuelle et du droit d’auteur se pose aujourd’hui avec acuité dans un contexte totalement différent marqué par une série de mutations, soulignant que les technologies de communication ne constituent plus de simples moyens de communication et d’interaction avec autrui, mais elles sont devenues de véritables forces anthropologique et interprétative qui constituent la réalité intellectuelle et matérielle.

Il a fait remarquer que la question de la propriété intellectuelle et du droit d’auteur dans la presse électronique est intimement liée aux défis posés par le passage du système analogique vers le numérique, ce qui a, a-t-il expliqué, donné lieu à une croissance excessive des espaces d’information, avec à leur tête la presse électronique et les réseaux sociaux, et engendré de nouveaux phénomènes liés à la republication et la réédition des articles, des images et des vidéos sans en connaître l’origine ou la source.

Dans son exposé, le chef du département extérieur du Bureau Marocain du Droit d’Auteur (BMDA), Mohamed Ferindi a, quant à lui, mis l’accent sur les indicateurs du droit d’auteur et droits voisins et les violations enregistrées dans le domaine de la presse électronique, avant de passer en revue l’évolution sur le plan législatif de la question du droit d’auteur et le renforcement des lois marocaines ayant trait aux mesures de protection des droits de la propriété intellectuelle.

Et d’ajouter que le monde de la presse électronique est un domaine difficile à contrôler puisqu’il exige d’énormes ressources humaines et logistiques, ce qui ouvre la voie seulement à la prise de mesures préventives et punitives.

Lors de cette rencontre, les débats se sont articulés autour de plusieurs thèmes portant, entre autres, sur « l’aspect déontologique en matière de protection du droit d’auteur dans la presse électronique et des exemples des infractions commises » et sur « les lois et législations relatives au droit d’auteur notamment dans les domaines de la presse et de l’édition ».

Cette journée d’étude a aussi offert l’occasion aux journalistes professionnels de la région de Marrakech-Safi de mieux connaître les mécanismes de protection du droit d’auteur, ainsi que les différents moyens de leur mise en œuvre.