L’Appel d’Essaouira sera celui de l’espoir et de la lucidité

Essaouira – L’Appel d’Essaouira, qui sanctionnera les travaux de la grande conférence internationale sur la lutte contre le Sida, sera celui de « l’espoir, de la lucidité et de l’esprit de responsabilité », a déclaré, vendredi, le Conseiller de SM le Roi et président-fondateur de l’Association Essaouira-Mogador, M. André Azoulay.

Dans un message lu en son nom par Mme Habiba Bigdade ,vice-présidente du Cercle Eugène Delacroix à l’ouverture de cet important conclave, M. Azoulay a expliqué que l’Appel d’Essaouira auquel les participants travailleront deux jours durant « sera j’en suis convaincu celui de l’espoir, de la lucidité et de l’esprit de responsabilité, car chacun sait que pour faire face à la pandémie de la Covid-19, il a fallu faire moins ailleurs et pour la première fois depuis le lancement du Fonds mondial, il y a 20 ans, de nombreux indicateurs de santé ont sensiblement régressé en 2020 et 2021 ».

« Depuis Bayt Dakira, espace de raison et de pédagogie par excellence, votre Appel sera entendu et vous aurez ainsi contribué à l’ébauche d’une autre feuille de route se fixant comme objectif le retour prioritaire à l’investissement dans la recherche scientifique et dans la mise en place des infrastructures de santé dont on a compris au fil de la pandémie de la Covid-19 la centralité et l’impérieuse nécessité », a souligné M. Azoulay.

« Ce weekend souiri fera date à bien des égards en nous permettant de faire une halte d’étape qui nous aidera à prendre la juste mesure, s’agissant du Sida, et bien au-delà des progrès réalisés par la communauté des Nations confrontée en matière de santé à l’un des défis majeurs de notre temps », a-t-il soutenu.

Alors que s’esquissent les premières lueurs de la période post-Covid et au sortir de plus de deux ans de doutes, de craintes et d’incertitudes, lourdes de tragédies, les travaux de cette conférence seront ceux de « l’espoir reconstruit et de la confiance restaurée en rappelant, entre autres, que depuis sa création en 2002 le Fonds mondial mis en place pour faire face au Sida, à la tuberculose et au paludisme a sauvé près de 40 millions de vies, diminuant ainsi de presque de moitié le nombre de décès attribués à ces pandémies », a conclu le Conseiller de SM le Roi.