« L’Automnale » met en vedette les toiles de l’enfant Shama Villeneuve

Marrakech – Des toiles aux mille couleurs confectionnées, avec finesse, grâce au génie créateur de l’enfant prodige, Shama Villeneuve brillent actuellement sous les feux des projecteurs au Riad Mina au coeur de l’ancienne médina de Marrakech, à l’occasion de la 1ère édition de l’exposition artistique « L’Automnale », un rendez-vous artistique qui vise à promouvoir l’art sous toutes ses formes et à contribuer à la réalisation de projets au profit d’associations caritatives.

Au talent confirmé et précoce dont, les œuvres sont aussi intenses que son regard, la jeune franco-marocaine née en octobre 2007 à Marrakech bouscule déjà et intrigue avec son style artistique si différent (peinture abstraite), en marquant soigneusement de son sceau ses oeuvres artistiques comme pour leur conférer une identité bien affirmée.

Timide au premier abord, Shama envoûte par son regard profond. Il s’agit d’un personnage au caractère bien trempé qui a eu la chance de découvrir la peinture dès son bas-âge, grâce à sa grand-mère.

« Ils m’ont dit qu’il s’agit de la peinture abstraite, mais pour moi c’est plutôt un moyen de communication plus réaliste que les mots », a souligné l’enfant prodige dans une déclaration à M24, la chaîne télévisée de l’information en continu de la MAP.

« Je construis des formes et compose des combinaisons de couleurs sur des surfaces planes afin d’exprimer mes émotions et ma perception du monde autour de moi », a expliqué cette jeune artiste-peintre, qui croit fort à l’importance de la couleur comme voie d’expression, surtout des couleurs pures détachées de tout mimétisme avec le réel.

Shama n’a pas omis de saluer les organisateurs de « L’Automnale », « une initiative artistique engagée qui m’a offert l’occasion d’exposer mes tableaux pour la première fois et d’entrer en contact direct avec des artistes confirmés et donc, de tirer profit de leur expérience et savoir-faire », a-t-elle relevé.

Pour sa part, Mme Hiba Ayada, la fondatrice de « l’Automnale », a indiqué que « l’objectif de cette messe artistique est de promouvoir l’art sous toutes ses formes et de réunir des artistes de différents horizons pour créer un cadre de rencontre et de brassage d’art et de culture, à travers une expression plurielle d’un art pourtant unique ».

« Dans ce sens, nous avons présenté au grand public les œuvres de Shama, une brillante artiste en devenir certes, mais qui a déjà son identité et son cachet, et elle intéresse déjà beaucoup de galeristes et des grands noms de la culture », a-t-elle fait savoir.

Revenant sur l’importance de cet événement dans le contexte sanitaire exceptionnel lié à la pandémie de la Covid-19, Mme Ayada a souligné que l’Automnale « est venue pour donner un petit souffle de couleurs à la scène artistique dans la cité ocre, après deux années assez difficiles en raison de la pandémie ».

« L’Automnale » qui se poursuivra jusqu’au 25 décembre, propose une programmation riche et variée qui offre au grand public l’occasion d’entrer en contact direct avec des figures de l’art et de la littérature, puisque chaque artiste ou écrivain est disponible pour une discussion dans un espace convivial et décontracté de la place.

« L’automnale » c’est aussi un moment de solidarité puisqu’une partie des bénéfices des ventes est destinée à des associations caritatives que soutiennent certains artistes à savoir : l’Association Socioculturelle Matissa, qui œuvre pour l’intégration des jeunes via le sport et l’art, l’Association Dar Bouidar, qui a pour objectif de donner une famille et assurer l’éducation à des enfants abandonnés, et l’Association Chorok, une école de la deuxième chance puisqu’elle donne à des jeunes la possibilité d’avoir une éducation et de sortir de la précarité.