Le Festival International du Film de Marrakech, une importante vitrine cinématographique et économique pour le Maroc (Yousry Nasrallah)

-Propos recueillis par Hajar Raddi-.

Marrakech, 05/12/2018 (MAP)- Le Festival International du Film de Marrakech constitue une importante vitrine cinématographique et économique pour le Maroc, a affirmé le réalisateur égyptien, Yousry Nasrallah.

Dans une interview accordée à la MAP, il a souligné que ce Festival, qui souffle cette année sa 17ème bougie, se veut aussi une occasion pour faire découvrir davantage la cinématographique marocaine dans son ensemble aux professionnels du métier à l’échelle internationale.

Relevant l’existence de plusieurs dénominateurs communs entre le Maroc et l’Egypte en termes de production et de promotion de l’image du pays à travers l’organisation de grandes manifestations cinématographiques auxquelles sont conviées des stars de renommée mondiale, le cinéaste égyptien a mis en avant l’importance de tels événements dans l’attraction des investissements étrangers et la multiplication des tournages des grandes productions dans le Royaume, notamment dans les prestigieux studios de Ouarzazate.

Nasrallah a aussi tenu à mettre en relief le rôle primordial dévolu aux institutions de l’Etat dans le soutien de la production cinématographique, tout en saluant les efforts consentis par le Royaume sur tous les plans en vue de la promotion de la destination Maroc via le cinéma.

Il a, par ailleurs, estimé que la présence de superstars du grand écran à chaque édition du Festival International du Film de Marrakech témoigne que le Maroc est devenu une destination privilégiée pour les professionnels et les faiseurs du cinéma de par le monde.

Né en 1952 au Caire, Yousry Nasrallah est l’une des figures les plus emblématiques du cinéma d’auteur égyptien. Héritier de Youssef Chahine dont il a été l’assistant sur plusieurs de ses films mais également co-scénariste sur deux films, Yousry Nasrallah est diplômé en Economie et Sciences Politiques de l’Université du Caire.

De 1978 à 1982, il travaille comme critique de cinéma et assistant réalisateur à Beyrouth. Puis il devient l’assistant de Youssef Chahine dont la Société de production « Misr » produira ses films.

Il compte à son actif une série de pellicules : « Vol d’été » (1988), « Marcides » (1993), « A propos des garçons, des filles et du voile » (1995), « La Ville » (1999), « La Porte du soleil » (2004), « L’Aquarium » (2007), « Femmes du Caire » (2010), « 18 jours » (2010), « Après la bataille » (2012) et « Le Ruisseau, le Pré vert et le Doux Visage » (2016), projeté dans le cadre du Festival International du Film de Marrakech en présence de ses principaux acteurs, la grande Laila Elwi et Bassem Samra.