Ouverture du 9è Forum Mondial de lutte contre l’esclavage moderne

Marrakech – Les travaux de la 9ème édition du Forum mondial de lutte contre l’esclavage moderne se sont ouverts, lundi à Marrakech, avec la participation de plus de 75 dirigeants issus de 30 pays, dont le Maroc.

Placé sous le thème « Redynamiser la lutte contre l’esclavage moderne : initier des réponses locales pour dégager des solutions mondiales », l’événement, qui se poursuit jusqu’au 30 mars, regroupe des représentants de la société civile, des cadres de l’ONU, des responsables gouvernementaux, des chercheurs universitaires et aussi d’anciennes victimes de la traite humaine.

« Trois jours durant, ce forum réunit différents acteurs qui viennent des quatre coins du monde pour réfléchir sur les solutions adéquates visant à éradiquer le phénomène de l’esclavagisme moderne », a indiqué M. Bukeni Waruzi, Directeur éxécutif de Free the Slaves, l’ONG qui sert de secrétariat au Forum, dans une déclaration à la presse.

Saluant les efforts « remarquables » consentis par le Maroc en matière de lutte cintre ce phénomène, M. Waruzi s’est félicité que le Royaume fait partie de l’alliance des Nations Unies, baptisée « Alliance 8.7 », qui vise à prendre des mesures immédiates et efficaces pour mettre fin à l’esclavage moderne d’ici à 2025. « Nous sommes très contents et très satisfaits que le gouvernement marocain fait partie de ce concert des nations qui sont préoccupées par cette question et qui font des efforts pour éradiquer ce phénomène », a-t-il ajouté.

Pour sa part, le Secrétaire Général de la Délégation Interministérielle aux Droits de l’Homme, M. Abdelkarim Boujradi, a indiqué que cette rencontre offre l’opportunité de mener une analyse approfondie des priorités régionales en matière de lutte contre les formes contemporaines d’esclavage, faisant savoir que cette analyse « débouchera sans doute sur des orientations pour le renforcement de la vision et de la mission de ce mouvement et lui permettre d’identifier des voies pertinentes et innovantes pour les trois prochaines années, pour lutter contre ces pratiques esclavagistes ».

Elle constituera aussi une plateforme solide pour tisser des passerelles de coopération et de collaboration avec les différentes parties prenantes, notamment les acteurs étatiques, afin de mettre en place des solutions efficaces et pérennes en matière de lutte contre ce fléau, a-t-il relevé, invitant tous les Etats à entreprendre des mesures fermes et concrètes et à renforcer leur coopération afin de s’acquitter de leurs obligations en matière de lutte contre toutes les formes contemporaines d’esclavage et à honorer leurs engagements pris au niveau mondial, notamment ceux d’atteindre la cible 8.7 des objectifs de développement durable, qui consiste à mettre fin au travail des enfants sous toutes ses formes d’ici 2025.

De son côté, le ministre de la Justice, M. Abdellatif Ouahbi, a souligné que cette rencontre, qui constitue l’occasion pour aborder les questions en relation avec l’esclavage moderne, notamment la Covid-19 et le changement climatique, ainsi que pour mettre en exergue les priorités régionales et celles ayant un aspect global, aboutira à des résolutions qui seront examinées et adoptées.

Dans une allocution lue en son nom par sa conseillère, Mme Fatima Zahra Maa El Ainin, le ministre, également président de la Commission nationale de coordination des mesures de lutte et de prévention contre la traite des êtres humains, a souligné que ladite Commission « ne ménagera aucun effort pour renforcer la coordination en matière de lutte contre ce crime odieux, qui prend de nombreuses formes, dont l’esclavage et les pratiques esclavagistes », affirmant que tous les secteurs concernés, gouvernementaux et non gouvernementaux, et les organisations internationales ouvreront la main dans la main pour prévenir et combattre ce crime et tarir ses sources.

Véritable espace d’échanges et de discussions entre les leaders du mouvement anti-esclavagiste, Ce Forum vise à mettre en exergue les priorités régionales et celles ayant un aspect global, ainsi qu’à investir les moyens pouvant réorienter des engagements clés, à l’instar du leadership du survivant, la recherche, la mobilisation des ressources, le partenariat et la coordination intersectorielle.

Le Forum a pu regrouper les conclusions de 5 forums régionaux organisés en 2021. Ces événements ont permis de dégager les priorités de la population locale. Les données recueillies ont été regroupées, affinées et transférées aux organisations mondiales et aux différents leaders pour impliquer et sensibiliser la communauté internationale sur le sujet, expliquent les organisateurs du Forum.

Il est conçu pour servir de plateforme de partenariat, de coordination, des bonnes pratiques afin de développer un programme commun d’actions. L’édition de cette année devrait capitaliser sur les acquis des précédentes éditions, ajoute-t-on de même source.

Cette dynamique doit prendre une nouvelle dimension avec des idées innovantes, des approches avant-gardistes et une coordination plus profonde entre les dirigeants locaux et mondiaux.

L’organisation de la 9ème édition du Forum de lutte contre l’esclavage moderne à Marrakech témoigne des efforts déployés par le Maroc en matière de développement durable dans le cadre de l’Alliance 8.7 des Nations Unies.

A l’horizon 2025, ces objectifs visent à prendre des mesures immédiates et efficaces pour éradiquer le travail forcé et mettre fin à l’esclavage moderne et à la traite des êtres humains. Il s’agit aussi de déployer de nouvelles mesures pour interdire et éliminer les pires formes de travail des enfants y compris le recrutement et l’emploi des mineurs comme soldats sous toutes les formes.