Pleins feux sur l’histoire du Minbar de la Koutoubia et de sa restauration

Marrakech – Une multitude d’activités visant la redécouverte de l’histoire du Minbar de la Koutoubia et de sa restauration a été organisée jeudi en début de soirée à l’emblématique Palais Badii de Marrakech, en présence de spécialistes et personnes concernées par le patrimoine matériel et immatériel issus du Maroc et de l’étranger.

Initié sous le thème « Le Minbar de la mosquée Koutoubia : Mémoire et souvenir » par la Conservation du Palais Badii et l’Association ATEED, cet événement culturel et artistique s’inscrit dans le cadre du « Mois du Patrimoine » (18 avril- 18 mai).

Il intervient 20 ans après la restauration du Minbar de la Koutoubia en 1998 par les spécialistes de la conservation du prestigieux Metropolitan Museum of Arts de New York et leurs homologues et artisans marocains, et après la cérémonie d’inauguration de l’exposition permanente sur le Minbar de la Koutoubia, présidée en avril 1998 par Sa Majesté le Roi Mohammed VI, alors que le Souverain était encore Prince Héritier.

Intervenant à l’ouverture de cette rencontre, Mme Faten Safieddine, historienne de l’art, a relevé que cette chaire dédiée à la prière est considérée comme le plus vieux Minbar en bois en bon état de conservation du monde musulman, relevant que l’idée de la restauration de ce chef-d’œuvre unique est née dans les années 90 du siècle dernier, lors la rencontre aux Etats Unis de l’artiste feu Mohamed Melehi, qui occupait alors la fonction de directeur des arts au ministère de la culture, et la philanthrope américaine Patty Cadby Birch.

Dans ce contexte, elle a tenu à rendre hommage à cette philanthrope américaine, passionnée de l’art islamique, qui aimait le Maroc et qui a fait don de 1 million de dollars pour restaurer le minbar de la Koutoubia, de même qu’elle a légué quelque 1.500 objets, qui constituent aujourd’hui un legs indéniable appartenant au musée des Confluences- « Dar El Bacha » à Marrakech.

Cet événement culturel a été marqué, notamment par la projection du film de la cérémonie inaugurale du Minbar au Palais Badii en 1998, en plus des interventions sur la signification historique et artistique du Minbar de la Koutoubia.

Le public avait rendez-vous aussi avec plusieurs témoignages d’artisans marocains auxquels le Metropolitan Museum of Arts de New York avait fait appel dans le cadre de l’opération de restauration du Minbar.

Ces maâlems ont exprimé leur fierté d’avoir participé à la restauration de ce chef-d’oeuvre de l’art islamique, relevant que les artisans marocains sont réputés aux niveaux arabe et international par leur savoir-faire dans le domaine des métiers de la construction, de sculpture en bois, du zellige, du plâtre ainsi que dans d’autres métiers artisanaux.

Cette manifestation culturelle comportait également la projection d’un film-documentaire consacré à la restauration du Minbar, produit par Patty Cadby Birch et réalisé par Mme Faten Safieddine.

Ce film-documentaire avait été projeté notamment lors de la cérémonie d’inauguration du minbar en avril 1998 mais aussi au siège des Nations Unies à New York, au siège de l’Institut du Monde arabe (IMA) à Paris ainsi que dans le cadre du Festival International du Film sur les Métiers d’Art (FIFMA).

Ce documentaire sera projeté en continu dans le Palais Badii à Marrakech pour permettre au grand public et aux spécialistes de redécouvrir l’histoire de ce chef-d’œuvre de l’art arabo-andalou et celle de sa restauration.

Lors de cette journée, le public avait aussi rendez-vous avec le vernissage de l’exposition artistique « De la conservation à l’exposition » présentant un ensemble de photographies qui relatent le processus de restauration du minbar de la mosquée de la Koutoubia vers la fin du siècle dernier.

Dans une déclaration à M24, la chaine télévisée de l’information en continu de la MAP, la Conservatrice du Palais Badii, Mme Hasna Haddaoui, a souligné que ce minbar, qui est l’un des plus beaux fleurons de l’art islamique qui soit parvenu jusqu’à nos jours, a été construit sous le règne d’Ali Ben Youssef Ben Tachfine qui avait commandé ce Minbar à des artisans et artistes de Cordoue.

La construction de ce minbar, l’une des merveilles de son époque et l’une des œuvres de l’art islamique les plus célébrées par les auteurs arabes et espagnols a duré près de 8 ans, a-t-elle indiqué, expliquant que le minbar a été transporté pièce par pièce à Marrakech pour y être monté.

Le minbar nous est parvenu dans un excellent état de conservation, malgré la perte de plusieurs de ses éléments, a-t-elle ajouté, relevant que cette chaire de prière a cependant pris au fil du temps une inclinaison marquée, qui a été corrigée pendant l’opération de conservation.

Revenant sur l’opération de restauration du minbar, Mme Haddaoui a souligné que le Metropolitan Museum of Arts de New York a pris soin de cette œuvre remarquable à chacune des étapes de la restauration, en accordant la même importance à la nature des matériaux utilisés pour sa réalisation, à sa signification religieuse et historique ainsi qu’à son aspect esthétique général en considération

Au programme de cette journée figuraient aussi un spectacle de danse contemporaine sous la direction de Taoufiq Izediou, et une soirée animée par l’association de cheikh Jilali Mtired sous le thème « Le Melhoun, un patrimoine musical à perpétuer ».