Médias: Plus de 200 journalistes planchent sur le leadership féminin

Benguérir – Plus de 200 journalistes, éditeurs, experts et dirigeants de la presse écrite et audiovisuelle de pays francophones se sont réunis, lundi à Benguérir, pour se pencher sur le leadership féminin au sein des médias dans le cadre de la 49ème édition des Assises de la presse francophone.

Organisé par l’Union de la presse francophone (UPF), ce conclave qui se poursuit jusqu’au 27 juillet courant sous le thème « Leadership féminin au sein des médias : rôle des médias dans le renforcement du leadership des femmes », invite des femmes leaders, ainsi que des experts au débat, aux témoignages et à l’échange des expériences sur la question.

« Ces assises ont pour vocation de réunir toutes les personnes qui peuvent produire des idées pour faire avancer cette nécessité d’ouvrir les médias au leadership féminin, mais aussi que les médias soient des plateformes où la cause de l’égalité des sexes puisse émerger et s’exprimer dans toute son importance », a souligné la nouvelle présidente de l’UPF, Mme Anne-Cécile Robert, qui a succédé à M. Madiambal Diagne, à l’occasion de ces 49è assises.

Dans ce sens, elle a relevé que son élection constitue un symbole fort parce que l’UPF a toujours été attachée aux droits des femmes. « C’est une façon pour l’UPF de joindre le geste à la parole parce qu’on proclame des idées, mais il faut aussi les mettre en pratique », a-t-elle affirmé dans une déclaration à M24, la chaine télévisée de l’information en continu de la MAP.

Mme Robert a par ailleurs salué le travail « formidable » effectué par la section UPF-Maroc. « C’est sans doute un signe que la presse marocaine est ouverte à la cause des femmes et leur donne toute la place qu’elles méritent », s’est-elle félicitée.

Pour sa part, la présidente de la section UPF-Maroc, Mme Meriem Oudghiri, a indiqué que le thème revêt une très grande importance parce qu’il y a encore de grands défis à relever dans ce domaine. « Justement ces assises vont nous permettre de discuter et de partager toutes les expériences de plus de 200 professionnels de médias venus d’une quarantaine de pays francophones, dont une grande majorité d’Afrique ».

« Nous allons sortir avec une feuille de route et des recommandations », a-t-elle fait savoir, rappelant que l’UPF va lancer une étude mondiale sur la condition des femmes journalistes dans le monde francophone, et « nous sommes très fiers que cette étude soit lancée du Maroc ».

S’agissant du leadership féminin dans les médias marocains, Mme Oudghiri s’est félicitée des progrès réalisés depuis quelques années, mais « y’a encore beaucoup d’efforts à consentir puisque très peu de femmes sont aujourd’hui dans le top management ».

Dans une allocution à la cérémonie d’ouverture de ce conclave, le Président de l’UM6P, M. Hicham El Habti, a indiqué que les femmes du corps de la presse, bravant tous les obstacles, « ont conquis leur place dans la perception collective en tant qu’acteur médiatique incontournable ».

« Au-delà du métier même de journaliste, donner le micro à une politicienne, une cheffe d’entreprise ou une militante associative, c’est aussi inspirer des millions de jeunes filles sur ce qu’elles pourraient accomplir à l’avenir. Quoique symbolique, le pouvoir de l’image que détient la presse peut s’avérer être un levier intergénérationnel redoutable de réforme sociale », a-t-il souligné.

« En tant qu’institution académique, l’UM6P assume également le rôle d’incubateur social, car nous formons les citoyens de demain », a-t-il relevé, faisant savoir que cette formation requiert des compétences, mais aussi et surtout un transfert des valeurs capables de catalyser le développement à tous les niveaux.

De son côté, le Secrétaire général du ministère de la Culture, de la Jeunesse et de la Communication, M. Mustapha Taimi, a indiqué que les travaux de ces assises, vu les excellents niveaux, parcours et qualités des participants, des animateurs et des intervenants à expérience et profils divers, contribueront assurément à une meilleure compréhension des enjeux de l’égalité entre les sexes et du positionnement de la femme journaliste dans le secteur des médias, enrichiront l’analyse afin d’approfondir le diagnostic participatif, généreront de nouvelles données quantitatives et qualitatives sur des aspects de la problématique de cette rencontre, et déboucheront, incontestablement, sur des conclusions et recommandations fort intéressantes, susceptibles de relancer des réflexions novatrices, critiques et porteuses de valeurs égalitaires.

Dans ce sens, il a souligné que « la promotion de la participation et du leadership des femmes correspond à un engagement fort du Royaume, et ce dans la dynamique des hautes orientations Royales, et sur la base de valeurs d’ouverture, de démocratie et d’égalité qui animent nos politiques publiques ».

La cérémonie d’ouverture a été marquée par la présence notamment de M. Aziz Bouignane, Gouverneur de Rhamna, de Mme Christiane Taubira, ancienne Garde des sceaux (France), et de différentes personnalités issues du monde des médias.

Ce conclave traite de différentes thématiques, liées principalement au « leadership féminin dans les entreprises de presse : Etats des lieux, expériences réussies, mesures pro-actives, travail de plaidoyer… », « pouvoir médiatique au féminin : le rôle des médias pour une participation accrue des femmes et des hommes à la production et à la prise de décision », « leviers et actions pour améliorer le pouvoir éditorial et manageriel des femmes dans les médias et lutter contre l’écart salarial », « femmes journalistes dans les zones de crises/conflits (y compris la crise sanitaire) », « femmes dans la vie publique : politique, culture, économie, femmes leaders d’opinion ».

Espace de réflexion et de partage, les 49e Assises de la presse francophone donnent la parole à des femmes leaders pour questionner ces problématiques fondamentales et initier des pistes de travail pour un accès plus juste aux droits économiques, sociaux et politiques de base.

L’UPF s’associe dans cette 49e édition au groupe OCP qui a inscrit dans sa stratégie de développement la promotion du leadership des femmes, aussi bien au niveau interne en termes de gestion des ressources humaines qu’au niveau externe par un soutien à de nombreuses initiatives marquantes en Afrique.

Dans le secteur des médias en particulier, l’UPF -à travers sa section marocaine – avait réalisé, en 2021, une étude inédite sur l’image et la place des femmes dans les médias au Maroc.

Les 49e Assises sont l’occasion d’élargir le spectre de cette étude et lancer, un rapport faisant le point sur l’état des lieux actuel du leadership des femmes au niveau des médias dans l’espace francophone.

Les Assises internationales de la presse francophone sont organisées depuis 70 ans dans des régions différentes de l’espace francophone. Ils accueillent en moyenne 250 à 300 participants sur 3 jours de conférences. La ville de Conakry (Guinée) avait reçu les 46e Assises en 2017, suivies de la 47ème édition à Tsaghkadzor (Arménie), en 2018 et la 48e édition en 2019 à Yaoundé (Cameroun).