Rencontre sur le développement de l’enseignement supérieur

Essaouira – Une rencontre de concertation avec les acteurs et parties prenantes a été organisée, mardi à Essaouira, dans le cadre des préparatifs des assises régionales de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation qui seront organisées par l’Université Cadi Ayyad (UCA) en mars prochain, en prévision des Assises nationales de ce secteur.

Initiée par l’UCA, cette rencontre, marquée par la participation du gouverneur de la province, M. Adil El Maliki, du président de l’Université Cadi Ayyad, Moulay Lhassan Hbid, des élus et des acteurs institutionnels et de la société civile, intervient dans le cadre du dispositif de mobilisation générale, lancé depuis mi-janvier par l’établissement universitaire, à travers l’organisation de rencontres d’échange et d’écoute, de focus groups ainsi que de consultations avec les différentes parties prenantes au sein de l’écosystème universitaire et les acteurs institutionnels, économiques et sociaux relevant de son territoire, afin de les écouter et de recueillir leurs points de vue.

Ouvrant les travaux de cette réunion, M. El Maliki a indiqué que cette rencontre servira de plateforme et d’espace pour l’échange des points de vue et la mobilisation de l’intelligence collective afin de repenser l’enseignement supérieur, impulser sa qualité et renforcer son rôle dans le développement local et régional.

M. El Maliki a saisi l’occasion pour mettre en lumière les efforts soutenus consentis au niveau de la province d’Essaouira au cours des dernières années pour la promotion de l’enseignement en général, partant du préscolaire avec la création de 430 unités, soit un taux d’accès estimé à 80% de la catégorie des enfants ciblés, la construction de 5 établissements de l’enseignement secondaire qualifiant et collégial, outre la programmation de la création de 5 autres au cours des deux prochaines années, ce qui portera à 48 le nombre d’établissements du secondaire qualifiant et collégial à l’échelle de la province contre 38 actuellement.

Toutefois, a-t-il fait constater, l’impact de ces acquis reste tributaire de la réalisation d’un saut qualitatif dans l’enseignement supérieur, sachant que l’offre universitaire au niveau de la province demeure limitée et n’absorbe que moins de 10% de plus de 3.500 jeunes qui décrochent leur baccalauréat annuellement.

Le gouverneur a, dans la foulée, mis l’accent sur l’impératif d’accélérer la cadence de la réalisation de plusieurs projets structurants lancés, à l’instar de la transformation de l’Ecole supérieure de technologie en une école d’ingénieurs, un projet ayant franchi des pas importants avec l’ambition de son ouverture au cours de la prochaine rentrée universitaire, ainsi que la création de classes préparatoires, de l’école des arts et du design et de l’université internationale en partenariat avec l’UCA.

De son côté, M. Hbid a expliqué que cette réunion, qui intervient dans le cadre d’une série de rencontres régionales visant l’élaboration d’une vision et d’une feuille de route concernant l’enseignement supérieur, la recherche scientifique et l’innovation, se veut un espace de partage et d’écoute des propositions et des préoccupations des différentes parties à l’échelle de la province, se rapportant à tout ce qui a trait à ce secteur vital, en perspective de la tenue des assises régionales que l’UCA envisage d’organiser le mois prochain.

Il a formulé le vœu de voir les travaux de cette rencontre, à l’instar de celles tenues à travers la région, aboutir à des recommandations et à des propositions à même d’enrichir le débat et de servir de base pour des projets de développement de l’enseignement supérieur en général, conformément aux Hautes Orientations de SM le Roi Mohammed VI, relatives notamment à la mise en œuvre du Nouveau Modèle de Développement.

M. Hbid a, par la suite, présenté un exposé dans lequel il a expliqué les différentes étapes de ce processus des assises régionales lancé par l’UCA, les acteurs et parties prenantes concernés ainsi que les principaux axes et thématiques qui sont au cœur de ces rencontres de concertation, invitant l’assistance à participer à ce débat sous forme de contributions écrites qui expriment leurs idées et points de vue et à les transmettre à la présidence de l’université à travers l’adresse e-mail : assises.regionales@uca.ma.

Pour leur part, des acteurs locaux se sont félicités de cette initiative qui offre l’occasion de mettre le doigt sur les contraintes et les préoccupations liées à ce secteur au niveau de la province d’Essaouira, tout en étant unanimes à soulever le déficit constaté à l’échelle provinciale en termes d’offre en établissements universitaires, à l’exception de l’EST, et, partant, les souffrances qu’endurent les familles et les étudiants pour la poursuite de leurs études supérieures.

Ils ont, dans ce sens, appelé à la création d’un noyau (ou d’une annexe) universitaire à Essaouira, sachant qu’un nombre important des étudiants se trouvent contraints à abandonner leurs études en raison de la précarité et du manque d’établissements universitaires dans la province.

Les intervenants, dont des élus et des acteurs institutionnels et de la société civile, ont également mis l’accent sur l’insuffisance des bourses universitaires accordées à la province, appelant au renforcement de l’orientation des étudiants afin de mieux exploiter les compétences dont dispose la province surtout que l’ensemble des indicateurs de pilotage de l’enseignement sont très positifs et en croissance continue.

Ils ont, en outre, appelé à la mise en place d’un laboratoire de recherche scientifique dans la province, insistant sur l’importance d’établir un diagnostic de l’état des lieux du secteur au cours de ce processus des assises régionales, ainsi que de l’adaptation des formations aux particularités des territoires.

Cette réunion a été également ponctuée de deux autres exposés dédiés à la présentation d’un aperçu sur les missions, les filières et l’enseignement au sein des trois universités relevant du ressort territorial de la région de Marrakech-Safi, à savoir l’UCA, l’Université Mohammed VI Polytechnique de Benguérir et l’Université Privée de Marrakech.