Rencontre de concertation sur l’école de qualité pour tous

Essaouira – L’amélioration de la qualité de l’école publique a été au menu d’une rencontre de concertation territoriale organisée, jeudi à Essaouira, avec la participation des différentes parties prenantes, dans l’objectif d’associer l’ensemble des acteurs territoriaux pour garantir le succès de cet important chantier sociétal.

Initiée par l’Académie régionale d’éducation et de formation de Marrakech-Safi (AREF-MS), en partenariat avec la préfecture de la province d’Essaouira, cette rencontre a connu la participation de responsables, d’élus, d’acteurs de la société civile et des représentants des associations des parents et tuteurs des élèves, avec pour finalité d’enrichir le débat public amorcé autour de l’amélioration la qualité de l’école marocaine au service du développement.

Cette rencontre, qui intervient dans le droit fil des concertations nationales pour « une école de qualité pour tous », lancées par le ministère de l’Éducation nationale, du préscolaire et des sports, dans une démarche innovante de co-construction d’une école de qualité à fort ancrage territorial, ambitionne de susciter l’interaction des acteurs locaux de manière coordonnée avec les différentes mesures de la feuille de route de ce chantier, de recueillir des idées pour améliorer la qualité de l’école et de parvenir à un consensus local à ce sujet.

S’exprimant à cette occasion, le gouverneur de la province, Adil El Maliki, s’est félicité de cette initiative du ministère de tutelle et de la démarche participative prônée, soulignant que ces rencontres offrent un espace idoine pour engager la réflexion collective et prospecter l’avenir dans le but d’améliorer la performance de l’école marocaine.

Il a ainsi mis l’accent sur l’importance d’un dialogue et d’un débat constructifs pour un meilleur avenir du système éducatif national, d’où la nécessité de l’engagement et de la contribution effective et qualitative de l’ensemble des intervenants pour atteindre les objectifs escomptés.

Il a également expliqué que les défis demeurent grands non seulement à l’échelle provinciale mais aussi au niveau national, ajoutant que ces enjeux sont liés d’une part au système pédagogique en général et aux disparités territoriales en la matière, d’autre part.

« Pas de compromis pour atteindre la qualité », a enchaîné M. Maliki, tout en mettant en avant, chiffres à l’appui, les réalisations accumulées et les efforts consentis ces dernières années dans le domaine de l’enseignement au niveau de la province, notamment en ce qui concerne le préscolaire et le transport scolaire.

De son côté, le directeur provincial de l’Education nationale, du préscolaire et des Sports, Noureddine El Aoufi Laghzaoui, a présenté un exposé exhaustif sur la feuille de route 2022-2026, en s’attardant sur le cadre référentiel de ces concertations, notamment la loi-cadre n°17-51 relative au système d’éducation, de formation et de recherche scientifique, les conclusions du Nouveau Modèle de Développement et le programme gouvernemental.

Rappelant que la province d’Essaouira a été choisie comme région pilote pour le lancement de ces concertations nationales, M. Laghzaoui n’a pas manqué de mettre en relief l’amélioration tangible qu’ont connue les indicateurs de l’enseignement au niveau de la province au cours des dernières années.

Il a, dans ce sillage, précisé que le taux de déperdition scolaire s’élève à 12% actuellement dans cette partie du territoire national, à dominante rurale, alors que le taux d’accès des enfants au préscolaire a atteint plus de 80% à la faveur des efforts consentis dans ce sens.

Pour sa part, Mme Ghita Azoulay, membre du comité régional des concertations nationales pour l’amélioration de l’école publique à l’AREF-MS, a présenté un exposé détaillé dans lequel elle a abordé les fondements de ces concertations, leurs objectifs, l’approche adoptée pour leur mise en œuvre et les mécanismes d’implication des différentes parties et acteurs concernés.

Dans une déclaration à M24, la chaîne télévisée de l’information en continu de la MAP, la responsable, qui représentait l’AREF-MS lors de cette rencontre, a également indiqué que ces concertations visent essentiellement à enrichir la feuille de route de la réforme du système de l’éducation nationale pour la période 2022-2026.

Elle a relevé que les travaux des ateliers organisés dans le cadre de cette rencontre seront sanctionnés par des recommandations qui seront soumises au ministère pour restitution.

En effet, les travaux de cette rencontre territoriale ont été scindés des ateliers autour de plusieurs thématiques se rapportant, entre autres, au « rôle de l’école de qualité dans le développement de la collectivité territoriale » et au « soutien de la collectivité territoriale à l’école ».

Le ministère de l’Éducation nationale, du Préscolaire et des Sports a lancé une concertation nationale pour une éducation de qualité pour tous, qui s’achève fin juin avec une restitution nationale prévue pour mi-juillet.

La concertation comprend la tenue de près de 6.200 focus groupes à l’échelle nationale, de 82 événements à l’échelle des provinces et plus de 150.000 personnes concernées par les différents ateliers organisés, en plus d’une plateforme ouverte à tous les citoyens et les Marocains du monde « www.madrastna.ma ».

Ce dispositif vise à assurer la qualité concertée des décisions et à identifier des pratiques innovantes ainsi que des acteurs fédérés autour de la nécessité et de la faisabilité des changements à venir, l’objectif étant de tracer ensemble le chemin de la mise en œuvre d’une réforme novatrice pour une école de qualité.