Souiria K’dima: L’APMP/JICA fait don aux pêcheurs

Commune Lemâachate- L’Association des Participants Marocains aux Programmes de l’Agence Japonaise de Coopération Internationale (APMP/JICA) a procédé, samedi au village des pêcheurs (VDP) Souiria K’dima relevant de la commune Lemâachate (une trentaine de km de Safi), à la remise d’un lot de gilets de sauvetage, au profit de la Coopérative des propriétaires de barques de pêche artisanale et des pêcheurs artisanaux.

Cette initiative sociale a été menée en marge des travaux d’une conférence organisée sous le thème « les perspectives de développement de la pêche artisanale au Maroc » par l’APMP/JICA, avec l’appui de l’Agence Japonaise de la Coopération Internationale (JICA), et en partenariat avec l’Institut de Technologie des Pêches Maritimes (ITPM) de Safi.

Elle s »inscrit dans le cadre de la stratégie de ladite association visant à contribuer aux multiples efforts visant à améliorer les conditions socio-économiques des pêcheurs et à protéger des vies humaines au sein de cette catégorie professionnelle.

Par la même occasion, il a été procédé à l’organisation d’une campagne de sensibilisation au profit des membres de la Coopérative de pêcheurs de Souiria K’dima, occasion de les initier à l’utilisation optimale des gilets de sauvetage en cas de dangers en mer, avec un accent sur les multiples avantages qu’offre cet outil en termes de protection de la vie.

Dans une allocution de circonstance, Mme Malika Ouali, présidente de l’APMP/JICA, a fait savoir que cette action s’insère dans le sillage des activités sociales menées par ladite association visant à apporter de l’aide aux professionnels de moult secteurs d’activité, notant que le choix de Souiria K’dima n’est pas fortuit, mais émane de l’importance du secteur de la pêche artisanale qui occupe une place de choix dans le tissu économique national et la coopération unissant le Maroc et le Japon.

Après avoir mis en relief le rôle de taille joué par la JICA dans le développement de plusieurs Villages de Pêche (VDP) à l’échelle nationale, à l’instar de celui de Souiria K’dima, elle a réitéré l’engagement de l’APMP/JICA à persévérer sur cette voie et à contribuer aux efforts de développement socio- économiques menés par le Royaume, sous la conduite éclairée de Sa Majesté le Roi Mohammed VI.

De son côté, le président de la Commune Lemâachate, M. Essoubai M’barek, s’est attardé sur l’importance et la priorité accordées à la sécurité en mer des pêcheurs, se félicitant de la pertinence de cette initiative destinée, in fine, à améliorer les conditions de travail des professionnels de la pêche artisanale.

Tout en mettant en relief l’importance de la coopération maroco-japonaise en matière halieutique, M. Essoubai a rappelé le rôle de taille joué par l’Etat en vue d’améliorer les conditions socio-économiques des pêcheurs, notamment en matière d’assurance, de formation, d’encadrement et de sensibilisation.

Il a, en outre, donné un aperçu sur la contribution de la filière de la pêche artisanale en matière de développement local, notant que le VDP de Souiria K’dima est un modèle de par la qualité des projets qui y sont développés.

Dans une déclaration à M24, la chaine télévisée de l’information en continu de la MAP, M. Ennaji Ahmed, président de la Coopérative des propriétaires des barques de la pêche artisanale et des pêcheurs artisanaux de Souiria K’dima, s’est félicité de la visite effectuée par les membres de l’APMP/JICA au VDP de Souiria Kdima, faisant part de ses remerciements à la JICA pour sa coopération « positive » et « exemplaire » avec le gouvernement du Maroc, ainsi que pour l’intérêt accordé au secteur de la pêche à l’échelle nationale et à la pêche artisanale au niveau de cette zone.

« Nous sommes en contact permanent avec la JICA en vue d’apporter une valeur additionnelle à ce VDP qui demeure un modèle en la matière comme en témoigne le nombre de projets de qualité qui y sont menés », a-t-il dit, faisant savoir que cette visite a été aussi l’occasion d’examiner les moyens à mettre en oeuvre, en vue de transcender toutes les difficultés, à même de permettre aux pêcheurs d’exercer leur activité dans de bonnes conditions, d’améliorer leurs revenus et donc de valoriser leur production ».